NOUVELLES

Des milliers de manifestants anti-Otan dans les rues de Chicago

20/05/2012 04:37 EDT | Actualisé 20/07/2012 05:12 EDT

Des milliers de personnes ont manifesté dimanche après-midi à Chicago, alors que s'ouvrait le sommet de l'Otan, pour réclamer que les Etats dépensent moins pour la défense et plus pour l'éducation, a constaté une journaliste de l'AFP.

Sous un soleil de plomb et des températures élevées, les militants ont envahi les rues quasiment vides du centre historique, fortement encadrés par des forces de l'ordre à pied, à vélo ou à cheval.

Rassemblés à l'appel d'une pléiade d'associations, dont le mouvement Occupy, ils n'avaient pas été autorisés à s'approcher du centre des congrès où sont réunis jusqu'à lundi les chefs d'Etat et de gouvernement des 28 pays de l'Otan et ceux des pays participant à l'opération en Afghanistan.

"Nous voulons la paix", a expliqué Isabel Olivia, une lycéenne de 18 ans brandissant une pancarte rose "No Nato" ("Non à l'Otan"). "Ils dépensent des fortunes dans les guerres au lieu de l'éducation... Et nous ne pouvons pas aller à l'université car c'est trop cher".

Kevin Cunningham, un charpentier de Chicago, tenait à bout de bras un cerf-volant obtenu lors d'une démonstration organisée la veille par l'Otan. Sur le sien, il a écrit: "faites voler des cerfs-volants, pas des drones".

Selon ce père de deux enfants, l'Otan devrait être démembrée et l'argent des impôts dépensé dans la santé et l'éducation.

Pour accueillir le sommet de l'Otan, Chicago a placé son centre-ville sous haute sécurité, certaines rues étant fermées à la circulation.

La police et les organisateurs des manifestations se sont engagés à tout faire pour éviter les troubles qui avaient marqué les sommets du G20 de Londres et de Toronto ou encore les émeutes qui avaient émaillé la convention du parti démocrate en 1968 à Chicago.

Samedi, trois militants ont été inculpés pour avoir projeté un attentat contre le quartier général de campagne du président américain Barack Obama à Chicago, a-t-on appris de source judiciaire.

mso-jri/lb

PLUS:afp