NOUVELLES

Canada-USA: un litige pointe sur le traité de réciprocité pour la pêche du thon

20/05/2012 01:43 EDT | Actualisé 20/07/2012 05:12 EDT

VANCOUVER - Ottawa a soulevé l'ire des pêcheurs américains de thons en annonçant la fin de leur accès privilégié aux ports canadiens, bien que des discussions préliminaires soient prévues pour redéfinir les dispositions entourant l'entente sur la pêche du thon blanc dans les eaux canadiennes et américaines.

Les espoirs d'un renouvellement du traité sur le thon blanc du Pacifique Nord — conclu il y a plus de 30 ans et qui permet aux pêcheurs canadiens et américains de pêcher de part et d'autre de la frontière —, sont bien minces pour la saison de pêche à venir.

Les activités de pêches de thon blanc (ou thon albacore) sont évaluées à quelque 30 millions $ par année au Canada.

Le traité, qui a expiré en 2011, ne serait toutefois plus équitable, aux dires de certains acteurs du milieu. Le directeur d'une association de pêcheurs de la Californie, Wayne Heikkila, expliquait que si les relations étaient bonnes il y a 25 ans, les bateaux canadiens s'étaient permis des largesses au cours des dernières années en s'enfonçant davantage dans les eaux des États-Unis.

Le litige ne devrait toutefois pas s'éterniser, et un accord est attendu pour 2013.

Pêches et Océans Canada avait néanmoins pris soin de publier un avis plus tôt en mai, prévenant les thoniers américains qu'il leur faudrait dorénavant obtenir un permis avant de décharger leurs marchandises en territoire canadien.

Du côté de l'Association des pêcheurs de thon de la Colombie-Britannique (BCTFA), on estime normal qu'en l'absence d'un traité, Ottawa ait décidé d'appliquer les mêmes règles à tout navire étranger, qu'il soit américain ou non.

Ian Bryce, du BCTFA, et M. Heikkila affirment tous deux que les négociateurs des gouvernements canadien et américain auraient dû accélérer les négociations du traité lorsque les premiers signes d'insatisfaction sont apparus, il y a près de deux ans.

Selon un mémo de la Fondation canadienne sur les espèces hautement migratoires (CHMSF), la Maison-Blanche et l'industrie auraient jugé que les Canadiens ont haussé leur nombre de prises dans les eaux américaines, n'ont pas contribué suffisamment à la recherche sur le thon albacore et se sont montrés agressifs en période de pêche.

«Le gouvernement américain a fait savoir que sa position formelle serait 'Aucune pêche en 2012'», indique-t-on dans le mémo.

M. Bryce a toutefois déclaré que les Américains auraient dû se plaindre plus tôt, soulignant qu'une partie de ce secteur aux États-Unis préférerait que le renouvellement du traité n'ait tout simplement pas lieu.

«Mais il reste un lourd pourcentage de pêcheurs américains qui sont heureux de profiter de leurs privilèges dans les eaux canadiennes parce que le thon migre bel et bien vers le nord, et ils sont nombreux à venir pêcher au Canada durant l'été», a-t-il poursuivi.

M. Bryce entretient donc un espoir face aux discussions exploratoires entre les autorités canadiennes et américaines, prévues les 23 et 24 mai à Portland, en Oregon.

PLUS:pc