NOUVELLES

Action symbolique au Caire pour dénoncer les cours militaires

20/05/2012 01:43 EDT | Actualisé 20/07/2012 05:12 EDT

Plusieurs centaines de militants ont participé dimanche à une grève de la faim d'une journée au Caire pour protester contre le jugement de civils par des tribunaux militaires.

Les protestataires ont expliqué que cette action symbolique visait à montrer leur solidarité avec les centaines de prisonniers poursuivis devant des cours militaires, notamment ceux arrêtés après les heurts meurtriers s'étant produits plus tôt en mai dans le quartier d'Abbassiya.

"Nous ne sommes pas des militaires, aucun de nous ne devrait être jugé par des cours militaires", a affirmé Mohammed Moustafa, un militant des droits de l'Homme.

Les organisateurs ont précisé que des centaines de détenus poursuivis devant des tribunaux militaires participaient à une grève de la faim illimitée.

Les militants se sont rassemblés devant le syndicat des journalistes, à trois jours de la première présidentielle organisée depuis la chute sous la pression de la rue de Hosni Moubarak en février 2011.

"Tantaoui, dis-nous la vérité, as-tu arrêté nos enfants?", scandaient les protestataires, en référence au chef du Conseil suprême des forces armées (CSFA), le maréchal Hussein Tantaoui. Certains brandissaient des banderoles avec les noms et photos de civils poursuivis devant des tribunaux militaires.

Dans la foule figurait Khaled Ali, avocat spécialisé dans la défense des droits de l'Homme et candidat à la présidentielle.

"Je ne suis pas là pour les élections. Le message que je veux transmettre est que le pays ne changera pas tant que le conseil militaire (au pouvoir depuis la démission de Hosni Moubarak) sera là", a-t-il dit, en précisant participer à la grève de la faim de 24 heures.

L'ONG Human Rights Watch avait indiqué en mars que le CSFA avait renvoyé 12.000 civils devant des tribunaux militaires en un an.

sah/jaz/cco/sw

PLUS:afp