NOUVELLES

Syrie: 19 morts dont neuf dans un attentat à Deir Ezzor (ONG)

19/05/2012 08:40 EDT | Actualisé 19/07/2012 05:12 EDT

Au moins 19 personnes, en majorité des civils, ont été tuées samedi en Syrie, dont neuf dans un attentat à la voiture piégée à Deir Ezzor dans l'est du pays, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Neuf personnes ont été tuées et une centaine d'autres blessées dans un attentat mené par un "kamikaze" à Deir Ezzor grâce à une tonne d'explosifs, selon la télévision d'Etat syrienne.

L'OSDH a précisé de son côté que l'attentat s'était produit dans une rue abritant un siège des renseignements militaires et aériens et un hôpital militaire.

Plusieurs attentats meurtriers ont secoué Damas et Alep, deuxième ville du pays, depuis le début de la contestation en mars 2011. Le 10 mai, un double attentat avait fait 55 morts à Damas. La plupart des attaques ont été revendiquées par des groupuscules obscurs, tel le Front al-Nusra.

L'opposition a immédiatement imputé au régime du président Bachar al-Assad "l'entière responsabilité" de cette attaque qui selon elle était une tentative du régime de "se venger" après avoir échoué à empêcher les Syriens de manifester par dizaines de milliers comme ce fut le cas vendredi.

Toujours dans la région de Deir Ezzor, des hommes armés ont assassiné le frère d'un responsable du parti Baas au pouvoir.

Ailleurs dans le pays, une femme et ses deux enfants ont été tués par des tirs d'hommes armés sur leur voiture dans la ville d'Alep. Celle-ci a été le théâtre la veille de manifestations sans précédent depuis le début de la révolte en mars 2011. Un siège du Baas a été la cible également d'une attaque à la roquette RPG dans la province d'Alep.

Dans le district de Jabal al-Zawiya (Idleb, nord-ouest), un policier et militaire déserteurs ont été tués par des roquettes de l'armée qui se sont abattues sur des champs où ils étaient retranchés. Un civil par ailleurs été tué par les tirs des troupes gouvernementales à Khan Cheikhoune, dans la même région.

A Homs, deux civils ont été tués, l'un par un tireur embusqué, l'autre par des tirs sans discernement de l'armée. Et dans cette même province, près de Qousseir, un civil a été également abattu par un sniper.

ram/vl

PLUS:afp