Huffpost Canada Quebec qc

Même sans Titi, sans Rafa et à 10, les Red Bulls sont trop forts pour l'Impact

Publication: Mis à jour:
RED BULLS IMPACT
Getty Images

MONTRÉAL - Même sans Thierry Henry, sans Rafael Marquez et en jouant à 10, les Red Bulls de New York se sont avérés trop forts pour l'Impact de Montréal, samedi.

Lors d'une rare incursion des Red Bulls en territoire montréalais après l'heure de jeu, le gardien Donovan Ricketts n'a pas été en mesure de capter le centre bas de Roy Miller et le ballon s'est retrouvé au milieu de la surface. Dane Richards n'a pas raté pareille occasion et son tir — qui a tout de même dévié sur la transversale — a procuré une victoire de 2-1 aux Red Bulls.

Cette victoire permet aux Red Bulls (8-3-1) de porter à cinq leur série de succès. Pour l'Impact (3-6-3), il s'agit d'un premier revers à domicile en MLS après deux victoires et deux verdicts nuls.

Kenny Cooper avait permis aux Red Bulls de créer l'égalité 1-1 sur un penalty à la 36e minute. Bernardo Corradi a marqué l'unique but de l'Impact, lui aussi sur penalty, à la 22e.

L'Impact a profité de l'avantage d'un homme à compter de la 57e minute, quand Victor Palsson a écopé de son deuxième carton jaune du match, cette fois pour un solide tacle dans le dos de Miguel Montano. Mais de nouveau, le manque criant de punch à l'attaque du onze montréalais lui aura coûté la victoire, à tout le moins le nul.

«Avant ce but, nous avions été en mesure de nous créer de belles occasions, a noté l'entraîneur-chef Jesse Marsch. Nous étions dangereux. Nous avons frappé un poteau. Oui, on aurait pu être plus 'propres' en finition, mais c'est frustrant tout de même de les voir profiter de leur seule chance.

«Sur la séquence, on a des joueurs en place pour défendre notre territoire, mais le ballon s'est retrouvé sur le pied de Richards et il n'a pas raté sa chance. C'est extrêmement frustrant, car on l'a simplement échappée celle-là.»

L'Impact a bien eu quelques chances de prendre les devants, mais comme c'est souvent le cas depuis le début de la campagne, la finition n'était pas au rendez-vous. Il faut aussi être honnête: l'Impact a joué de malchance quand le puissant tir de Montano a touché le montant droit à la 63e minute.

Quatre minutes plus tard, Richards a scié les jambes de l'Impact et assommé ses partisans.

«À la fin de la première demie, nous trouvions que nous avions trop joué à leur rythme, qu'il fallait davantage dicter le rythme au retour, a noté le capitaine Davy Arnaud. J'ai trouvé que nous avions fait cela et quand ils se sont retrouvés avec un homme en moins, j'ai trouvé que nous faisions très bien.

«Je ne peux pas vraiment mettre le doigt sur le problème, a-t-il poursuivi. Ils ont obtenu une chance et ils ont marqué, et de notre côté, ce but n'est pas venu.»

Échange de penaltys

Comme il l'a fait lors des quatre matchs précédents au Stade olympique en MLS, l'Impact a ouvert la marque en première demie. Posté en haut de la zone de réparation, Corradi a obtenu un penalty généreux de la part de l'arbitre Ismail Elfath, qui a jugé que Markus Holgersson a rabattu l'attaquant montréalais. Les reprises semblent plutôt montrer que l'Italien a perdu pied de lui-même.

Quoi qu'il en soit, le spécialiste des penalties chez l'Impact n'a pas raté son coup, convertissant son troisième de la saison à la 22e minute pour son quatrième but de la campagne.

Quinze minutes plus tard, les visiteurs ont créé l'égalité quand Tyson Wahl a été sanctionné pour une main dans la zone de réparation. Cooper n'a pas raté sa chance sur le penalty qui a suivi, marquant du coup son 10e de la saison. Cooper a trouvé le fond du filet au cours des trois derniers matchs des Red Bulls.

Marsch n'a pas mâché ses mots quand est venu le temps d'analyser le travail de l'arbitre sur ces deux penaltys.

«Je ne suis pas certain que ces deux penaltys en étaient, en fait, a-t-il dit. Je n'ai pas vu celui en notre faveur de façon suffisamment claire pour savoir exactement si c'était une faute. Par contre, celui appelé contre nous, je ne vois comment c'était une faute. Un joueur glisse et le ballon frappe son bras? Où dans le monde est-ce qu'on décerne un penalty sur ce jeu?»

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Red Bulls c. Impact, le 19 mai 2012
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Red Bulls-Impact: la leçon a été retenue | Pascal Milano | Soccer

À Montréal sans Titi | Soccer | Radio-Canada.ca

Les Red Bulls en avance