NOUVELLES
19/05/2012 08:32 EDT | Actualisé 19/07/2012 05:12 EDT

Même en déficit de 0-3 en finale de l'Ouest, Phoenix refuse de jeter l'éponge

EL SEGUNDO, États-Unis - Depuis maintenant trois ans, l'entraîneur Dave Tippett a réussi à conserver l'unité des Coyotes de Phoenix alors que l'équipe avait toutes les raisons de s'effondrer.

Lorsqu'ils connaissaient des difficultés à remplir les gradins, lorsque l'organisation semblait se diriger vers Winnipeg, Tippett et ses joueurs ont continué de s'améliorer et se sont mis à gagner.

Et même avec un déficit de 0-3 en finale de l'Ouest contre des adversaires qui semblent bénis des dieux depuis le début des séries, Tippett et ses Coyotes n'abandonnent pas.

Lors du match no 4 qui sera présenté dimanche, les Kings de Los Angeles tenteront de mettre un terme à cette série et ainsi s'assurer de prendre part à seulement leur deuxième finale de la Coupe Stanley.

Les Coyotes n'ont quant à eux toujours pas perdu espoir de participer à leur première.

«Il n'y a rien à dire en ce moment, a mentionné Tippett samedi. On doit gagner. Si tout va bien, on pourra forcer la tenue d'un match no 5 à Phoenix et continuer la série.»

Seules trois équipes de la LNH ont réussi à combler un déficit de 0-3, mais les Coyotes ont confiance qu'ils ont les ressources nécessaires pour le faire, même s'ils ont jusqu'à présent été dominés 10-3 par les Kings au chapitre des buts marqués.

Los Angeles n'a d'ailleurs perdu qu'un match sur 12 depuis le début des séries éliminatoires.

«Tirer de l'arrière 0-3 est déjà une montagne assez haute à devoir gravir, mais en plus cette équipe est sur une lancée exceptionnelle, a déclaré l'attaquant des Coyotes Ray Whitney en parlant des Kings. On sait que ce sera très difficile, mais on n'a pas jeté l'éponge.»

Si les Coyotes étaient du genre à abandonner, ils auraient quitté le chaud désert de Phoenix il y a déjà quelques années, alors que l'équipe avait fait faillite et n'avait plus de propriétaire.

Mais ils se sont ressaisis depuis que Tippett a pris la relève de Wayne Gretzky derrière le banc, en 2009. Même avec des soucis financiers et de très petites foules — Phoenix a encore une fois terminé au dernier rang de la LNH au chapitre de l'assistance — les Coyotes ont été en mesure de participer aux séries lors des trois dernières campagnes.

«On a eu cette motivation tout au long de l'année, a ajouté Whitney. On l'avait lors des deux premières rondes. Mais ce n'est pas nouveau; tout le monde nous comptait pour battus avant même le début de la saison.»

PLUS:pc