NOUVELLES

Le régime syrien qualifie de "terrorisme économique" les sanctions le visant

19/05/2012 11:32 EDT | Actualisé 19/07/2012 05:12 EDT

Les autorités syriennes ont qualifié de "terrorisme économique" les sanctions imposées par l'Union européenne et les Etats-Unis face à la répression de la révolte, dans un rapport au Conseil des droits de l'Homme et à l'ONU, diffusé samedi par les médias officiels.

Les mesures de rétorsion des Etats-Unis et de l'Union européenne sont "illégitimes" et relèvent du "terrorisme économique", affirme le rapport du ministère syrien des Affaires étrangères.

Elles constituent une "violation des principes fondamentaux des droits de l'Homme et un paravent pour l'ingérence dans les affaires intérieures" de la Syrie, ajoute-t-il.

Les pays membres de l'UE ont pris jusqu'ici 15 trains de mesures visant le régime du président Bachar al-Assad, dont les troupes répriment dans le sang la contestation populaire depuis plus de 14 mois.

Les sanctions européennes visent notamment la Banque centrale, le commerce de métaux précieux ou les vols de fret, elles incluent un embargo pétrolier et un embargo sur les armes et le matériel pouvant servir à la répression.

Au total, 128 personnes sont visées par les sanctions européennes et les avoirs en Europe de 43 sociétés sont gelés du fait de leur soutien au régime Assad.

Les Etats-Unis ont imposé des sanctions économiques et financières contre le régime, dont M. Assad lui-même, ainsi qu'une interdiction d'importer des produits pétroliers de Syrie. La plus grande banque commerciale contrôlée par l'Etat et le premier opérateur de téléphonie mobile syrien, Syriatel, sont également visés par ses sanctions.

Depuis le début de la révolte qui s'est militarisée au fil des mois face à la répression, plus de 12.000 personnes ont été tuées en Syrie, en majorité des civils abattus par les forces gouvernementales, selon l'OSDH.

bur-ram/sbh/tp

PLUS:afp