Cannes 4e jour: le retour de Mungiu, la leçon de cinéma de Desplat

Publication: Mis à jour:
La distribution de film Au-delà des collines, de Cristian Mungiu. (Getty)
La distribution de film Au-delà des collines, de Cristian Mungiu. (Getty)

CANNES, 19 mai 2012 (AFP) - D'un côté, un western d'"Hommes sans loi" au temps de la Prohibition signé par l'Australien John Hillcoat. De l'autre, le destin tragique d'une jeune orpheline dans un monastère roumain, "Au-delà des collines" de Cristian Mungiu: la Croisette a plongé dans le drame et la violence, samedi, en découvrant deux nouveaux candidats à la Palme d'Or.

L'Homme du jour est le compositeur Alexandre Desplat invité par le Festival à donner une "leçon de cinéma". Il signe la musique de 5 films présentés à Cannes, cette année.

Palmarès

Au 4e jour de la compétition et alors que 15 films en compétition étaient encore à découvrir, "De Rouille et d'Os" du Français Jacques Audiard restait toujours le mieux placé pour la Palme, selon les sondages réalisés à Cannes par les revues professionnelles. La presse étrangère place en seconde position "Moonrise Kingdom" de l'Américain Wes Anderson, devant "Après la Bataille" de l'Egyptien Yousry Nasrallah. "Reality" de l'Italien Matteo Garrone, tout comme "Paradise Love" de l'Autrichien Ulrich Seidl n'ont pas séduit les critiques internationaux.

Côté presse française, "De Rouille et d'Os" est également un candidat légitime pour la Palme d'Or. "Paradise Love" sur le tourisme sexuel de femmes occidentales en Afrique, a été mieux accueilli, mais sans enthousiasme, sauf pour Le Parisien/Aujourd'hui-en-France qui lui accorderait bien la palme, ex-aequo avec "De Rouille et d'Os", selon l'enquête du Film Français. TechniKart envisage le Prix du Jury pour la chair triste dépeinte par Ulrich Seidl que Le Figaro, Les Cahiers du Cinéma, Télérama et Les InRockuptibles ont franchement détesté.

LE QUATRIÈME JOUR EN IMAGES:

Close
Cannes, le 4e jour sur le tapis rouge
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

L'histoire du jour

Une jeune fille, Irina Cornici, morte après une séance d'exorcisme dans un monastère perdu dans le nord-est de la Roumanie: ce fait divers sordide qui défraya la chronique en 2005, a inspiré "Au-delà des collines", le dernier film du Roumain Cristian Mungiu, Palme d'Or 2007, de retour en compétition officielle avec ce long métrage qui questionne sur le religieux et la notion de la responsabilité.

Pour le cinéaste de "Quatre mois, trois semaines et deux jours", il ne s'agit pas de "critiquer la religion" ou de "trouver des coupables" au sein de la religion orthodoxe. Les "vrais responsables", dans l'enfance, l'éducation de ces orphelines, n'apparaissant pas à l'écran.

Tatiana Niculescu-Bran, ex-journaliste de la BBC qui a enquêté sur le fait divers de 2005 et dont les livres ont inspiré le scénario, rappelle qu'après la chute du communisme "tout le monde à l'étranger était touché par les enfants des orphelinats sous Ceausescu". Mais passé cet élan de compassion, peu de gens se sont souciés de ce qu'étaient devenus ces adolescents.

L'homme du jour

Récompensé dernièrement par le Grammy Awards de la meilleure musique de film pour "Le discours d'un roi" et un César pour "The Ghost Writer" de Roman Polanski, Alexandre Desplat signe les musiques de 5 films présentés à Cannes, cette année. Le Festival l'a invité samedi à donner une "leçon de cinéma", rappelant que la musique est un élément majeur de l'efficacité d'un film.

"Je suis juste un compositeur passionné qui a donné sa vie à la musique et au cinéma (...) La musique est une autre forme du dialogue qui vient faire apparaître l'invisible", a expliqué le compositeur "qui n'écrit pas pour un concert mais pour l'image".

Les visages et les voix des comédiens l'inspirent ou le font fuir: "il m'est arrivé de refuser des films en fonction du casting sachant que je n'avais pas envie de passer un ou deux mois de ma vie avec des personnages dont je n'aime pas le visage ou la voix".