Le conflit de travail avec les pilotes d'Air Canada se décidera en arbitrage

PC  |  Par Publication: Mis à jour: 21/05/2012 11:23

TORONTO - Le syndicat représentant les pilotes d'Air Canada a indiqué qu'une ultime tentative d'obtenir une entente négociée avec la direction avait échouée, et que le conflit se réglerait par arbitrage.

Les deux parties s'étaient entendues le mois dernier pour tenir 10 jours de négociations de la «dernière chance» pour éviter qu'un contrat de travail ne leur soit imposé.

Le président du Conseil exécutif de l'Association des pilotes d'Air Canada a fait savoir que le syndicat avait fait tout ce qu'il était possible afin d'obtenir une entente.

«Simplement dire que nous sommes déçus serait bien en-deçà de ce nous ressentons», a affirmé le commandant Jean-Marc Belanger, président du Conseil exécutif national de l'Association des pilotes d'Air Canada, dans un communiqué.

«Nous avons fait tout ce que nous avons pu pour tenter de conclure une entente négociée, nous avons adapté nos propositions, répondu aux préoccupations du transporteur et fait preuve de flexibilité à la table de négociations.»

En vertu du protocole régissant ces négociations, l'APAC n'émettra aucun commentaire sur les raisons pour lesquelles aucune entente n'a pu être conclue, a ajouté le syndicat.

Air Canada n'était pas immédiatement disponible pour commenter, pas plus que la ministre fédérale du Travail, Lisa Raitt.

Les deux parties doivent rencontrer l'arbitre fédéral Doug Stanley, sans doute au cours des prochains jours. Celui-ci établira les règles encadrant le processus d'arbitrage. L'employeur et les syndiqués prépareront des soumissions pour que l'arbitre en choisisse l'une ou l'autre comme base du nouveau contrat de travail.

La menace d'un lock-out des pilotes a poussé le gouvernement fédéral à intervenir dans le dossier, plus tôt cette année, avec une loi forçant le retour au travail. Cette loi permettait à un arbitre d'imposer un contrat de travail.

Un mécanisme législatif semblable a été imposé au syndicat qui représente les 8600 mécaniciens, manutentionnaires et agents de fret. Les employés au sol s'apprêtaient à déclencher une grève au même moment où Air Canada menaçait de placer les pilotes en lock-out. L'entreprise a également accepté de tenir 10 jours de négociations pour éviter l'arbitrage, mais il n'était pas immédiatement possible de connaître l'état de ces discussions.

Air Canada est ébranlé par des conflits de travail avec pratiquement tous ses principaux syndicats. Le gouvernement fédéral est également intervenu l'an dernier dans le cadre de conflits de travail avec les agents du service à la clientèle et ses agents de bord.

Suivre Le HuffPost Québec

Publié par Catherine Levesque  |