NOUVELLES

Warda al-Jazaïria, diva de la chanson d'amour

18/05/2012 09:50 EDT | Actualisé 18/07/2012 05:12 EDT

La chanteuse Warda al-Jazaïria, décédée jeudi au Caire à l'âge de 72 ans, était adulée dans tout le monde arabe pour ses chansons d'amour, renouvelant son style au fil des décennies pour rester dans l'air du temps.

Célèbre pour sa puissante voix, la "Rose algérienne", de son vrai nom Warda Ftouki, a gagné sa notoriété grâce à ses chansons patriotiques durant la guerre d'Algérie, puis a traversé les décennies en se produisant devant des chefs d'Etat comme devant des foules populaires.

Avec le décès de la chanteuse, c'est "l'une des plus belles voix d'Algérie et du monde arabe (qui) vient de se taire à jamais", a estimé la ministre algérienne de la Culture Khalida Toumi.

Elle "nous a quittés en laissant derrière elle un silence assourdissant et une profonde tristesse", a ajouté la ministre dans un message de condoléances diffusé par l'agence de presse algérienne APS.

Née en 1939 en France d'un père algérien et d'une mère libanaise, la chanteuse a passé la plus grande partie de sa vie d'adulte en Egypte.

Auparavant, elle commence sa carrière à l'âge de 15 ans au Quartier latin, à Paris, dans un établissement appartenant à son père.

Elle se fait connaître du public arabe en interprétant "Al Watan Al Akbar" (La plus grande des nations), une chanson à la gloire du panarabisme composée par l'un des plus grands de la musique arabe, Mohamed Abdelwahab.

Elle commence très jeune avec des reprises des stars d'alors, les Egyptiens Oum Koulsoum, Abdelwahab et Abdelhalim Hafez, auprès desquels elle suit des cours, avant d'interpréter ses propres chansons sur des airs composés par Sadeq Thuraya, son mentor tunisien.

En 1962, elle part pour l'Algérie, indépendante, et se marie la même année. Elle arrête alors la chanson à la demande de son mari.

Mais quand le président Houari Boumediene lui demande de remonter sur scène pour les dix ans de l'indépendance, elle cède. Cette représentation lui coûtera son mariage.

Elle s'installe alors en Egypte où elle interprète quelques unes de ses chansons les plus connues et joue dans plusieurs films. Elle atteint l'apogée de sa carrière après sa rencontre avec Baligh Hamdi, compositeur de renommée qui devient son époux.

Connu pour son style classique, dans la tradition du chant arabe, elle s'est tournée dans les années 1990 vers la variété arabe. "Betwannes Bik" (J'aime ta compagnie) a renouvelé son public, attirant les nouvelles générations.

Avec plus de 300 chansons, cette diva de la chanson d'amour a vendu plusieurs dizaines de millions d'albums.

Avec ses yeux marrons expressifs et ses manières élégantes, Warda restera pour le monde arabe une icône de sa génération.

La chanteuse est morte dans son appartement au Caire, après une attaque cardiaque soudaine, selon les médias gouvernementaux égyptiens.

"Elle était en bonne santé et ne s'était plaint de rien", a affirmé son fils Riad, cité par l'agence officielle Mena.

L'Algérie a envoyé un avion militaire au Caire pour rapatrier la dépouille de la chanteuse qui sera ensuite inhumée au cimetière d'El Alia, dans l'est d'Alger, selon son fils.

Quelques semaines avant sa mort, la diva avait enregistré une dernière chanson, composée spécialement pour le cinquantenaire de l'indépendance algérienne.

jaz/sbh/vl

PLUS:afp