NOUVELLES

Un militant syrien torturé et condamné à mort (ONG)

18/05/2012 04:27 EDT | Actualisé 17/07/2012 05:12 EDT

Une ONG syrienne de défense des droits de l'Homme a fait état vendredi de la condamnation à mort pour "haute trahison" d'un militant syrien "sauvagement torturé" depuis son arrestation en avril.

Dans un communiqué, la Ligue syrienne de défense des droits de l'Homme affirme que l'ingénieur et militant Mohammed Abdelmaoula al-Hariri, arrêté le 16 avril, a été condamné à mort par la justice militaire syrienne. Il a été transféré à la prison militaire de Seidnaya en vue de son exécution.

L'organisation a jugé le verdict de "haute trahison et contacts avec des parties étrangères" "nul et non avenu", dénonçant "des aveux extorqués sous la torture sauvage et dans des conditions inhumaines".

Le militant, né en 1975 à Deraa (sud), a été "torturé dès le premier jour de son arrestation. Il a eu le dos cassé et les autorités ont refusé de lui fournir l'aide médicale nécessaire", a-t-elle ajouté.

Il a été arrêté "immédiatement après une intervention à la télévision al-Jazira durant laquelle il a évoqué la situation humanitaire et sécuritaire dramatique dans la province de Deraa", où est née le 15 mars 2011 la révolte populaire réprimée dans le sang par le régime de Bachar al-Assad, selon l'ONG.

L'organisation appelle les autorités syriennes à ne pas appliquer la sentence et réitère son appel à la communauté internationale pour qu'elle "intervienne d'urgence pour faire cesser les actes de violence, les meurtres, la torture et les enlèvements commis par les services de sécurité et les milices armées du régime".

Plusieurs organisations locales et internationales de défense des droits de l'Homme ont dénoncé la "torture systématique" dans les prisons syriennes, où selon l'OSDH plus de 25.000 personnes sont actuellement détenues dans le cadre de la répression.

bur-ds/tp/feb

PLUS:afp