NOUVELLES

Étude sur une thérapie pour les homosexuels: un psychiatre renommé s'excuse

18/05/2012 08:11 EDT | Actualisé 18/07/2012 05:12 EDT

NEW YORK, États-Unis - Un renommé psychiatre à la retraite s'est excusé auprès de la communauté gaie pour une étude des années 2000 qui affirmait que certains homosexuels pouvaient devenir hétérosexuels grâce à une «thérapie réparatrice».

Le docteur Robert L. Spitzer, anciennement de l'université Columbia à New York, pense aujourd'hui que son étude ne prouvait pas ce qu'il a dit à l'époque.

Pour son étude, le docteur Spitzer avait interrogé 200 personnes qui affirmaient que leur orientation sexuelle avait changé d'une façon ou d'une autre, à des degrés divers. Le problème, c'est qu'il n'y a aucun moyen de déterminer la crédibilité des affirmations de ces personnes, a écrit le docteur Spitzer dans une lettre envoyée le mois dernier au journal qui a publié son étude en 2003.

Le psychiatre avait d'abord présenté ses conclusions en 2001 lors d'un congrès de l'Association psychiatrique américaine. Ses travaux ont attiré l'attention parce que trente ans plus tôt, le docteur Spitzer avait joué un rôle de premier plan dans le retrait de l'homosexualité de la liste des maladies mentales du manuel de l'association.

L'étude du docteur Spitzer avait été critiquée par certains qui doutaient de la fiabilité des déclarations des personnes interrogées pour ses travaux. À l'époque, il avait admis n'avoir aucun moyen de vérifier que leurs déclarations étaient véridiques, tout en affirmant que plusieurs aspects de leurs déclarations ne pouvaient être rejetées d'emblée.

Le docteur Spitzer pense aujourd'hui que son raisonnement était erroné. «Il n'y avait aucun moyen de déterminer si les récits des sujets quant aux changements (dans leur orientation sexuelle) étaient valides», a-t-il écrit à l'éditeur de la revue «Archives of Sexual Behavior».

Le docteur Spitzer a transmis un exemplaire de sa lettre à l'Associated Press.

«Je crois que je dois à la communauté gaie des excuses pour mon étude qui affirmait sans le prouver l'efficacité de la théorie réparatrice, a-t-il écrit. Je veux m'excuser auprès de toute personne gaie qui a perdu son temps et son énergie pour se soumettre à une forme de thérapie réparatrice.»

PLUS:pc