NOUVELLES

Tour d'Italie - 13e étape: Cavendish gagne, Schleck s'inquiète

18/05/2012 12:52 EDT | Actualisé 18/07/2012 05:12 EDT

Le champion du monde, le Britannique Mark Cavendish, a enlevé son troisième succès depuis le départ du Giro, vendredi à Cervere (Piémont), avant l'entrée en haute montagne qui inquiète le Luxembourgeois Frank Schleck.

Vainqueur du sprint massif qui a conclu la 13e étape, Cavendish s'est offert un dixième succès dans le Giro (en quatre participations), sans doute l'un des plus beaux. Car le "Manx Express", malgré l'aide de ses équipiers, est resté longtemps enfermé, jusqu'à moins de 150 mètres de la ligne.

Cavendish a tenté de se lancer quand l'Australien Mark Renshaw, son ancien "lanceur", a produit son effort au milieu de la route. Coincé le long des barrières dans le sillage de Matt Goss, un autre de ses anciens coéquipiers, il a gardé son sang-froid et a fini par trouver l'ouverture lorsque l'Autralien a repiqué vers le centre de la chaussée.

Sur la ligne, "Cav" a devancé nettement le Norvégien Alexander Kristoff, qui a profité de l'aspiration pour prendre la deuxième place devant Renshaw. Le champion du monde a ainsi dépassé son objectif minimal annoncé avant le départ (une victoire d'étape).

Sur les six sprints disputés jusqu'à présent, le Britannique s'est imposé à trois reprises. Contre deux chutes et un échec (à Montecatini Terme), quand il n'avait pu faire mieux que quatrième.

Après en avoir terminé avec les 121 kilomètres de cette courte étape, Cavendish a démenti sur le plateau de la télévision italienne (RAI) l'hypothèse d'un abandon du Giro, contrairement à d'autres sprinteurs (Goss, Renshaw). "Je reste", a-t-il affirmé en ajoutant par la suite, lors d'un point-presse, qu'il se sentait de mieux en mieux et qu'il espérait rallier Milan le 27 mai, "avec le maillot rouge" de leader du classement par points.

Le champion du monde espoirs, le jeune français Arnaud Démare (20 ans), qui s'est classé 7e du sprint de Cervere, a décidé lui aussi de poursuivre la course et découvrir les grands cols.

Pour sa première journée en haute altitude, entre Cherasco et Cervinia (206 km), le Giro a programmé en effet deux ascensions de première catégorie, le col de Joux (22,4 km à 5,6 %) et la longue montée finale (27 km à 5,5 %).

Dans la station installée sur le versant italien du Cervin, l'une des montagnes mythiques des Alpes, la course attend sa première hiérarchie entre les grimpeurs. Pour l'Espagnol Joaquim Rodriguez, porteur du maillot rose avec une avance limitée sur ses premiers rivaux (52 sec sur Kreuziger, 57 sec sur Basso), rien n'est acquis d'autant que la météo prévoit de mauvaises conditions.

Quant à Frank Schleck, venu sur le Tour d'Italie tardivement (et contre son gré dans un premier temps), il a affiché une visible préoccupation. "Depuis deux jours, j'ai mal à l'épaule", a répété le Luxembourgeois. "Quand je suis tombé, j'ai eu l'impression que l'articulation s'était déboîtée".

"Il reste deux étapes avant la journée de repos et je voudrais finir ce Giro", a ajouté l'aîné des Schleck, aux ambitions désormais très réduites.

jm/jde/ep

PLUS:afp