NOUVELLES

Plusieurs milliers de manifestants en Iran contre l'union Bahreïn-Arabie

18/05/2012 07:21 EDT | Actualisé 18/07/2012 05:12 EDT

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté vendredi en Iran, à l'appel du pouvoir, contre le projet d'union entre Bahreïn et l'Arabie saoudite, qualifié de "complot américano-sioniste" par l'imam de la prière à Téhéran.

Portant des drapeaux bahreïnis rouge et blancs, les manifestants se sont rassemblés après la prière hebdomadaire devant l'université de Téhéran en criant "Mort au traître Al-Saoud", mort à l'Amérique" et "Mort à Israël", selon des images montrées par la télévision d'Etat.

Des manifestations similaires ont eu lieu dans de nombreuses autres villes du pays, selon les médias locaux.

Le pouvoir iranien avait appelé à des manifestations populaires dans tout le pays pour dénoncer "le plan américain d'annexion de Bahreïn par l'Arabie saoudite" et "exprimer leur colère contre les régimes laquais d'Al-Khalifa et d'Al-Saoud", les dynasties régnantes des deux pays.

L'Iran dénonce violemment depuis une semaine un projet d'union entre l'Arabie saoudite et le petit royaume de Bahreïn, secoué par des manifestations de la population majoritairement chiite, comme en Iran, contre le pouvoir sunnite.

Il soutient l'opposition chiite à Bahreïn, hostile elle-même au projet d'union, et a violemment dénoncé l'intervention militaire saoudienne à Bahreïn en mars 2011 pour aider le pouvoir à réprimer les manifestations.

Pour Téhéran, ce projet ne peut qu'aggraver la crise dans ce pays et est une tentative d'"annexion" par Ryad d'un territoire appartenant autrefois à la Perse.

Il s'agit d'"un complot pour annexer Bahreïn à l'Arabie saoudite", a dit l'ayatollah Kazem Sedighi dans son sermon à Téhéran. Les dirigeants saoudiens et bahreïnis "l'appellent une union mais ils veulent que Bahreïn perde son identité plutôt que de répondre aux revendication de sa population".

"Les Iraniens et les peuples musulmans du monde ne tolèreront pas cette conspiration américano-sioniste", a-t-il poursuivi en ajoutant que son seul résultat serait d'"apporter le déshonneur à l'Arabie saoudite".

Les dirigeants bahreïnis et saoudiens ont vivement répliqué aux protestations iraniennes en accusant l'Iran d'ingérence dans leurs affaires, et laissant entendre que Téhéran avait de son côté des visées sur Bahreïn.

Téhéran a par ailleurs convoqué jeudi soir le chargé d'affaires de Bahreïn pour protester contre les déclarations du chef de la diplomatie bahreïnie Khaled ben Ahmad ben Khalifa, qui avait sommé les dirigeants iraniens de cesser de s'ingérer dans les affaires de son pays, selon les médias.

Le ministre avait également dénoncé les allusions régulières de responsables iraniens au fait que Bahreïn avait été une province iranienne avant de devenir un protectorat britannique au 19e siècle puis d'accéder à l'indépendance en 1971.

"L'Iran rejette ces commentaires", a déclaré un responsable iranien aux Affaires étrangères au diplomate bahreïni, réaffirmant également que "la seule solution aux problèmes existants est de répondre aux demandes légitimes du peuple" de Bahreïn.

Les dirigeants des six monarchies arabes du Golfe ont décidé le 14 mai d'étudier un projet d'union, qui pourrait regrouper dans un premier temps l'Arabie saoudite et Bahreïn.

fpn-lma/tp

PLUS:afp