NOUVELLES

Obama fait appel au secteur privé pour lutter contre la faim dans le monde

18/05/2012 12:18 EDT | Actualisé 18/07/2012 05:12 EDT

Barack Obama a dévoilé vendredi une nouvelle initiative, à laquelle participent nombre d'entreprises privées, destinée à extraire 50 millions de personnes de la pauvreté à travers le monde à l'horizon de 10 ans.

Quelques heures avant le début du sommet du G8, prévu à Camp David, près de Washington, M. Obama a annoncé que Washington s'était allié à 45 sociétés pour mettre en place ce plan d'action qui doit aider à améliorer les rendements agricoles des pays en développement.

"En tant que président, j'y vois un impératif moral. En tant que pays le plus riche du monde, j'estime que les Etats-Unis ont l'impératif moral d'être à la pointe de la lutte contre la faim et la malnutrition", a lancé M. Obama lors d'un discours à Washington.

"Nos objectifs sont clairs: augmenter les revenus des agriculteurs, et, au cours des dix prochaines années, aider 50 millions d'hommes, femmes et enfants à sortir de la pauvreté", a-t-il dit.

Parmi les 45 entreprises partenaires figurent Pepsi ou le géant de la chimie Dupont, qui compte aider les petits éleveurs et agriculteurs en Afrique.

Les entreprises ont promis 3 milliards de dollars qui iront notamment à l'achat de graines et d'infrastructures.

Cette annonce intervient au moment où arrivent à échéance les promesses de dons faites en 2009 par les pays du G8 de mobiliser 20 milliards de dollars sur trois ans afin de lutter contre la faim dans le monde en investissant dans l'agriculture. Une partie du sommet du G8 de Camp David doit être consacrée à ce dossier.

Vendredi, le président américain a assuré que l'initiative, baptisée "Nouvelle alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition", ne se substituerait pas à l'aide fournie par Washington aux zones où sévit la famine.

Dans un communiqué, la Commission européenne a souligné que l'Union européenne avait fait figure de "partenaire actif" dans la mise en place de la "Nouvelle alliance". "Nous sommes persuadés qu'en faisant travailler ensemble les donateurs et le secteur privé, nous pourrons nous attaquer aux racines de de la faim dans le monde et l'éradiquer", ont réagi la commissaire à l'Aide humanitaire, Kristalina Georgieva, et son collègue chargé du développement, Andris Piebalgs, cités dans le communiqué.

sct/gde/bar

PLUS:afp