NOUVELLES

Nucléaire: le directeur-général de l'AIEA lundi en Iran (AIEA)

18/05/2012 01:01 EDT | Actualisé 18/07/2012 05:12 EDT

Le directeur-général de l'Agence internationale pour l'énergie atomique (AIEA), le Japonais Yukiya Amano, effectuera dimanche et lundi une visite à Téhéran pour discuter du programme nucléaire controversé de l'Iran, a annoncé l'AIEA vendredi dans un communiqué.

Accompagné du chef des inspecteurs de l'Agence, le Belge Herman Nackaerts, M. Amano quittera Vienne, où se trouve le siège de l'AIEA, dimanche pour rencontrer lundi le chef des négociateurs de l'Iran, Saïd Jalili.

En conséquence, la réunion prévue lundi dans la capitale autrichienne entre l'AIEA et la délégation iranienne est annulée, a précisé à l'AFP une porte-parole de l'Agence.

Le déplacement sera l'occasion de "discuter de sujets d'intérêt commun avec des représentants iraniens de haut rang", a indiqué l'agence.

Yukiya Amano sera également accompagné du numéro deux de l'AIEA, l'Argentin Rafael Mariano Grossi, a précisé l'agence.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Ali Akbar Salehi a confirmé cette visite.

"La visiteur du directeur-général est basée sur des invitations antérieures de ma part et de celle du chef de l'organisation (iranienne) pour l'énergie atomique l'année dernière", a-t-il affirmé à l'agence officielle Irna.

M. Amano rencontrera M. Jalili, le chef du programme nucléaire iranien, Fereydoun Abassi Davani, et M. Salehi, a précisé ce dernier, affirmant que ces discussions porteraient sur la coopération entre les deux parties.

L'AIEA et la délégation iranienne à Vienne devaient se retrouver lundi après deux journées de discussion, les 14 et 15 mai, jugées positives : "Nous avons eu des discussions fructueuses dans un environnement très favorable", avait déclaré le 15 mai l'ambassadeur iranien auprès de l'AIEA, Ali Asghar Soltanieh, lors d'un point de presse tenu - chose rare - en commun avec Herman Nackaerts.

Cette rencontre était considérée par de nombreux experts comme un test des intentions de l'Iran avant la tenue d'une réunion à Bagdad avec le Groupe 5+1 (Etats-Unis, Chine, Russie, France, Grande-Bretagne et Allemagne) le 23 mai.

Téhéran est soupçonné par les Occidentaux et Israël de vouloir fabriquer l'arme atomique sous couvert d'un programme civil, malgré ses démentis répétés.

En novembre, l'AIEA avait publié un rapport, le plus critique en huit ans d'enquête, où elle avait présenté un catalogue d'éléments indiquant que l'Iran avait travaillé à la mise au point de l'arme atomique jusqu'en 2003.

sgl-ssw/pfe/jls/vl

PLUS:afp