NOUVELLES

L'entrée en Bourse de Facebook, aubaine fiscale pour la Californie

18/05/2012 10:35 EDT | Actualisé 18/07/2012 05:12 EDT

L'entrée en Bourse de Facebook, loin d'enrichir les seuls actionnaires du réseau social, va aussi largement bénéficier à l'Etat de Californie, qui accuse un déficit budgétaire de 16 milliards de dollars.

A en croire les estimations officielles, la Californie va engranger 2,1 milliards de dollars grâce à l'entrée en Bourse du géant d'internet, dont le siège se trouve à Menlo Park, au coeur de la Silicon Valley.

"Le gros de ces nouvelles rentrées proviendra des impôts supplémentaires sur le revenu dont vont devoir s'acquitter les Californiens" qui disposent d'une part de la société fondée par Mark Zuckerberg, souligne le cabinet d'analyse budgétaire du parlement de l'Etat.

"L'entrée en Bourse (de Facebook) va déboucher sur une valorisation d'environ 100 milliards de dollars et générer des revenus de plus de 10 milliards de dollars pour les habitants de la Californie", pointe le cabinet dans un rapport.

De plus, Facebook, en étant coté au Nasdaq, va bénéficier "d'avantages fiscaux substantiels", toujours de même source. Mais, comme Facebook paye ses impôts fédéraux et autres taxes dans plusieurs Etats américains, et non pas dans la seule Californie, le manque à gagner pour le plus grand Etat du pays va être amorti.

Comme le résume le cabinet d'analyse budgétaire: "la Californie va bénéficier des impôts sur le revenu supplémentaires", puisque la majorité des employés du site vivent en Californie, mais "seule une petite fraction des pertes en impôt sur les sociétés dues à l'entrée en Bourse vont affecter la Californie".

L'Etat californien avait vu ses finances grossir de 7 milliards de dollars sur les trois années suivant l'entrée en Bourse de Google, en 2004.

La Californie, Etat le plus peuplé des Etats-Unis avec 37,7 millions d'habitants, fait face à un déficit budgétaire de 16 milliards de dollars. Cette semaine, le gouverneur Jerry Brown a présenté une kyrielle de propositions visant à combler ce trou béant.

Si elles étaient adoptées, ces mesures tailleraient dans le budget de Medi-Cal, l'assurance-maladie pour les plus démunis, mais aussi dans ceux des écoles et universités.

mt/gde/bar

PLUS:afp