NOUVELLES

Le patron de Facebook carillonne une entrée en Bourse record

18/05/2012 10:11 EDT | Actualisé 18/07/2012 05:12 EDT

Le jeune patron fondateur de Facebook Mark Zuckerberg a sonné la cloche d'ouverture de la plateforme boursière électronique Nasdaq vendredi matin, en l'honneur de la première cotation de son réseau social aux 900 millions d'utilisateurs, une opération record.

M. Zuckerberg, 28 ans, a marqué la fin d'une nuit de "hackathon" (marathon de codage informatique) au siège du groupe à Menlo Park, en Californie, en sonnant à distance la cloche de la plateforme basée à New York.

Il était entouré de ses plus proches collaborateurs, comme sa directrice d'exploitation Sheryl Sandberg qui lui a donné une longue accolade, et de centaines d'employés de sa société.

C'est de très loin la plus grosse entrée en Bourse de tous les temps pour une valeur internet. Facebook, qui a vendu ses actions à 38 dollars pièces, a obtenu une valorisation de 104 milliards de dollars, toutes stock options comprises, très au-delà des 23 milliards de dollars que pesait son aîné Google lorsqu'il a fait ses premiers pas d'entreprise cotée en 2004... l'année même du lancement de Facebook dans une chambre d'étudiant à Harvard.

Analystes et financiers attendaient vendredi de voir jusqu'où allait monter le titre au cours des premiers échanges publics attendus en fin de matinée.

"Je pense encore que cela va s'échanger en hausse, mon pari serait que cela monte très haut, et que ça se stabilise autour de 45 dollars" en fin de journée, a déclaré à l'AFP l'analyste Michael Pachter. Cela représenterait une progression d'environ 18% en une seule journée.

L'entreprise récolte 6,84 milliards de dollars pour son propre compte sur une opération totale de quelque 16,02 milliards de dollars, le solde revenant à des actionnaires initiaux. M. Zuckerberg ne vend que les actions qui lui permettront de solder sa facture fiscale, soit pour 1,15 milliard de dollars de titres, tout en conservant le reste de sa participation de 18,4%, et 55,8% des droits de vote.

C'est la deuxième plus grosse introduction en Bourse pour une valeur américaine (hors titres préférentiels). En 2008, Visa avait levé 17,9 milliards lors de son entrée sur le marché.

En cas de fort intérêt des investisseurs, jusqu'à 63,18 millions de titres supplémentaires pourraient être mis en vente.

De nombreux analystes ont mis en garde contre tout emballement pour le titre "FB". Même des analystes convaincus des promesses de "l'internet social" estiment qu'à l'horizon d'un an, il pourrait progresser de 5% à 10%. Ce serait beaucoup mieux que le site de bonnes affaires Groupon --qui a perdu 38% depuis sa première cotation en novembre-- mais moins exceptionnel que le réseau professionnel LinkedIn, qui en un an a pris 133%.

Le chiffre d'affaires de Facebook est en décélération alors que l'entreprise fait monter en puissance ses investissements et peine à générer des revenus depuis les appareils portables, de plus en plus utilisés pour consulter le site à la place d'ordinateurs classiques.

L'opération a de quoi donner le tournis: la valorisation de Facebook dépasse aisément celle du groupe de médias Disney (80 milliards de dollars) presque centenaire, même s'il reste en retrait derrière l'autre géant de l'internet, Google.

Et tout cela pour un chiffre d'affaires de "seulement" 3,7 milliards de dollars réalisé en 2011, et un bénéfice net de 668 millions de dollars.

Dans l'opération, outre M. Zuckerberg, nombre des premiers "amis" de Facebook, qui ont parié sur la société à ses débuts ou ont accepté des actions plutôt que des salaires importants en début de carrière, ont perçu quelques millions de dollars.

Même des adversaires de M. Zuckerberg, comme les jumeaux Tyler et Cameron Winklevoss et leur camarade Divya Narendra, qui l'accusaient d'avoir volé leur idée, sont aujourd'hui millionnaires grâce à des accords passés pour solder des poursuites.

chr/ved/sam

PLUS:afp