NOUVELLES

Hollande et Cameron parlent coopération militaire, vont se revoir à Londres

18/05/2012 06:57 EDT | Actualisé 18/07/2012 05:12 EDT

Le président français François Hollande et le Premier ministre britannique David Cameron ont souligné vendredi, pour leur première rencontre, l'importance de la coopération militaire entre leurs deux pays et convenus de se revoir rapidement à Londres.

"Nous avons discuté de la coopération en matière de défense où la Grande-Bretagne et la France sont étroitement liées et travaillent ensemble pour leur bénéfice mutuel", a déclaré M. Cameron devant la presse à l'issue de leur entretien à l'ambassade britannique à Washington.

"J'ai réaffirmé auprès du Premier ministre l'attachement que je portais à la coopération entre nos deux pays en matière de défense. Nous sommes deux puissances nucléaires en Europe et avons une volonté commune de garder l'efficacité de nos armes et faire en sorte de chercher toutes les coopérations possibles", a pour sa part souligné M. Hollande.

Les deux dirigeants ont également évoqué les questions économiques et la situation de la zone euro et de la Grèce.

"Nous sommes à la fois convaincus qu'il convient de poursuivre la politique de redressement de nos comptes publics et en même temps de donner une plus large place à la croissance", a assuré M. Hollande, tout en concédant que "sur la croissance, nous n'avons pas forcement toujours les mêmes options".

"Il n'y a pas de contradiction entre l'austérité et la croissance", a jugé M. Cameron, qui a engagé une sévère politique d'austérité dans son pays, "nous avons besoin d'un programme fort de réduction des déficits pour obtenir cette croissance. Le président Hollande le pense, moi aussi".

Enfin, M. Hollande a accepté l'invitation du Premier ministre britannique à se rendre "prochainement" à Londres. En décochant une pique à celui qui ne l'avait pas reçu pendant une visite à Londres lors de la campagne présidentielle et avait soutenu son rival Nicolas Sarkozy.

"Je n'ai pas pu rencontrer David Cameron avant les élections, et donc je suis d'autant plus heureux de pouvoir le rencontrer après", a-t-il dit.

pa/eg

PLUS:afp