Une étude fédérale conclut que le Canada souffre de la «maladie hollandaise»

Publication: Mis à jour:
MALADIE HOLLANDAISE
Un engin transporte des sables bitumineux. (Radio-Canada.ca) | Radio-Canada.ca

OTTAWA - Le gouvernement Harper a financé une étude qui argue que le système économique canadien souffre de ce que l'on surnomme la «maladie hollandaise», une théorie économique que le premier ministre et d'autres hauts responsables ont ridiculisé lorsqu'elle a été évoquée récemment par le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) Thomas Mulcair.

Industrie Canada a versé 25 000 $ à trois chercheurs pour produire l'étude étoffée, qui sera bientôt publiée dans une publication prestigieuse, «Resource and Energy Economics».

Le document, «Does the Canadian Economy Suffer from Dutch Disease?», conclut qu'au moins un tiers des pertes d'emplois dans le secteur manufacturier canadien peut être attribué à l'augmentation de la valeur du huard, elle-même propulsée par l'exploitation des ressources naturelles.

«Nous démontrons qu'entre 33 et 39 pour cent des pertes d'emplois du secteur manufacturier dues aux modifications du taux de change entre 2002 et 2007 sont attribuables à la "maladie hollandaise"», précise le rapport.

L'étude, en cours depuis plus de 18 mois, a été réalisée en partie par Serge Coulombe, un professeur d'économie de l'Université d'Ottawa, qui affirme qu'Industrie Canada appuyait ses travaux.

«À l'époque, ils (les fonctionnaires du ministère) étaient très intéressés par la question», a indiqué M. Coulombe lors d'une entrevue, notant que le rapport final «faisait l'objet d'un processus de révision externe très précis».

Un porte-parole du ministre de l'Industrie Christian Paradis a déclaré que l'étude ne reflétait pas l'opinion du gouvernement Harper.

«Contrairement à M. Mulcair, notre gouvernement croit que le développement des ressources est une partie importante de l'économie et crée des centaines de milliers d'emplois directs et indirects, en plus de contribuer fortement aux paiements de la péréquation», a indiqué Margaux Stastny par courriel.

«Les politiques de division de M. Mulcair, qui oppose les régions les unes contre les autres, et ses remarques mal avisées démontrent que sa politique économique irresponsable fera gonfler les prix et coûtera des emplois.»

M. Coulombe est bien connu à Industrie Canada, où il a été assistant de recherche auprès de l'économiste en chef de 2005 à 2008. Il a également reçu plus de 20 contrats de recherche sur des questions économiques par différents ministères, y compris les Finances, la Banque du Canada, Statistique Canada, et Ressources humaines et Développement des compétences.

Le gouvernement Harper a vilipendé M. Mulcair pour avoir suggéré que les sables bitumineux albertains avaient déclenché un cas de «maladie hollandaise» au Canada. Des ministres fédéraux ont accusé le chef du NPD d'opposer les régions et d'insulter les travailleurs du secteur des ressources naturelles.

La question a été soulevée à répétition vendredi à la Chambre des communes, où le leader du gouvernement Peter Van Loan et la députée Kellie Leitch, la secrétaire parlementaire de la ministre des Ressources humaines, ont tous deux pris M. Mulcair à partie.

Ce dernier a déclaré que le développement des sables bitumineux est effectué sans tenir proprement compte du coût des impacts environnementaux. Ses commentaires ont suscité l'ire des premiers ministres de l'Ouest, y compris la première ministre de l'Alberta Alison Redford.

ll n'y a pas de consensus chez les économistes à savoir si le Canada souffre bel et bien de la «maladie hollandaise». Un rapport de l'Institut de recherche en politiques publiques publié cette semaine suggère que la force du dollar canadien a nui à environ 25 pour cent de la production manufacturière, principalement chez les industries employant beaucoup d'employés comme le secteur du textile.