NOUVELLES

Coupe d'Europe - Leinster: Brad Thorn, joueur global

18/05/2012 11:42 EDT | Actualisé 18/07/2012 05:12 EDT

Le deuxième ligne néo-zélandais Brad Thorn est aux portes de l'histoire du rugby: en cas de victoire de la province irlandaise du Leinster en finale de la Coupe d'Europe face à l'Ulster samedi à Twickenham, il deviendra le premier joueur vainqueur de la Coupe du monde, du Super-14 et de la Coupe d'Europe.

Il serait également, à 37 ans, trois mois et 16 jours, le plus vieux joueur à gagner la Coupe d'Europe, après avoir été le doyen des vainqueurs de la Coupe du monde en octobre dernier (36 ans, 3 mois et 10 jours).

Ce titre consacrerait une carrière d'une exceptionnelle longévité qui l'a vu briller dans les deux "règles" du rugby, à XIII et XV.

Il est arrivé à Dublin en mars pour s'occuper pendant l'intersaison du Championnat japonais qu'il a rejoint après la Coupe du monde. Quand il a été sollicité par la province double championne d'Europe (2009, 2011) en quête d'un renfort en deuxième ligne, il n'a pas hésité.

"Notre entraîneur de la mêlée Greg Feek est un de ses amis, il a joué avec lui aux Crusaders. Il a appelé Brad qui a été tout de suite emballé", raconte l'entraîneur du Leinster, Joe Schmidt.

"Il nous a apporté son expérience et une éthique de travail, de s'entraîner toujours plus, toujours mieux. Il a une énorme détermination et toujours une grosse présence physique. Il arrive encore à s'imposer à l'impact", souligne le technicien.

Sa large carrure (1,96 m, 116 kg) a également consolidé la mêlée qui constituait un des rares points faibles du Leinster.

Le champion du monde n'a pas tardé à s'adapter au plus haut niveau européen. Comme en quarts et en demi-finales, il sera titulaire en finale de la Coupe d'Europe, compétition réputée pour son rugueux combat d'avants. Mais Thorn le dit lui-même: il adore ça.

On lui avait pourtant prédit quelques difficultés dans ce domaine douze ans plus tôt quand il avait décidé de se frotter aux joutes du XV après avoir tout connu et tout gagné à XIII en Australie, où il a grandi à partir de l'âge de huit ans.

En six ans de carrière, Thorn avait remporté trois titres nationaux avec les Brisbane Broncos (1996, 1997 et 2000), deux "State of Origin" --la mythique confrontation entre des sélections du Queensland et de Nouvelle-Galles du Sud-- en 1998 et 1999, et même été sélectionné à huit reprises avec l'équipe nationale australienne !

De retour dans sa Nouvelle-Zélande natale, il s'est imposé dans la plus prestigieuse des franchises, les Canterbury Crusaders, où il a été d'abord utilisé comme flanker.

Sa glorieuse carrière sous le maillot des All Blacks s'est écrite en pointillés. Appelé une première fois en 2001, il a décliné la sélection, ne s'estimant pas prêt. Après une année sans rugby en 2002, il a repris en 2003, accepté les sélections et disputé la Coupe du monde.

Non retenu par la suite par le nouvel encadrement dirigé par Graham Henry, il s'en est retourné aux Broncos en 2005 pour trois saisons (avec un autre titre en 2006), avant de revenir chez les Crusaders et chez les Blacks pour devenir incontestable au poste de deuxième ligne.

Il a ajouté quelques titres à son palmarès: le Super-14 (futur Super-15, Championnat des province de l'hémisphère Sud), en 2008 et le Tri-Nations, qui oppose les trois nations du Sud, en 2008 et 2010 (après 2003).

Compétiteur-né, avec une hygiène de vie irréprochable due notamment à sa foi, il retournera dans l'équipe japonaise de Fukuoka dans les prochaines semaines. Et y ajoutera peut-être un nouveau titre à son palmarès très inégalé.

sva/pga

PLUS:afp