Place au cinéma! Bienvenue à bord, Bernie, Piranha 3DD, Blanche, Virginia ... Voici les résumés et critiques des nouveaux films dans les salles du Québec cette semaine.

Loading Slideshow...
  • BIENVENUE À BORD

    <strong>France. 2011. 93 min.</strong> Comédie de Éric Lavaine avec Franck Dubosc, Valérie Lemercier, Gérard Darmon, Lionnel Astier, Luisa Ranieri, Élisa Servier. Congédiée et larguée par son patron et amant, l'ex-directrice des ressources humaines d'une société de croisières se venge en engageant un abruti comme animateur du voyage inaugural du nouveau paquebot de luxe de la compagnie. <strong>Distributeur: Niagara Films </strong>

  • BERNIE (3)

    <strong>États-Unis. 2011. 100 min.</strong> Comédie policière de Richard Linklater avec Jack Black, Shirley MacLaine, Matthew McConaughey, Brady Coleman, Richard Robichaux, Rick Dial. Carthage, Texas. Membre le plus estimé de sa petite congrégation méthodiste, l'embaumeur Bernie Tiede, 39 ans, est toujours prompt à aider son prochain et se montre particulièrement soucieux du bien-être des vieilles dames endeuillées. À l'occasion de l'enterrement d'un richard, Bernie fait la connaissance de sa veuve Marjorie Nugent, une septuagénaire acariâtre haïe de tous. Trouvant en lui un compagnon dévoué et attentif, Marjorie multiplie les sorties avec ce célibataire dont la préciosité fait jaser. Au fil des mois, puis des années, les voyages de luxe se multiplient et d'aucuns s'interrogent sur la nature de cette amitié particulière qui, en privé, s'est dangereusement envenimée. De confident de Marjorie, Bernie est passé à serviteur. Tant et si bien qu'un jour, après avoir encaissé une ultime méchanceté, Bernie s'empare d'une carabine... <strong>Distributeur: Alliance Vivafilm</strong> Ce portrait grinçant mais empreint d'empathie d'un être singulier repose sur un scénario qui se compose d'un amalgame habile de reconstitutions et de témoignages. Privilégiant l'humour noir et la satire discrète, Richard Linklater (BEFORE SUNSET) ne néglige jamais l'angle humain. Sa réalisation témoigne d'une belle aisance et l'interprétation s'avère formidable.

  • PIRANHA 3DD (0)

    <strong>États-Unis. 2011. 88 min.</strong> Drame d'horreur de John Gulager avec Danielle Panabaker, Matt Bush, Chris Zylka, David Koechner, David Hasselhoff, Katrina Bowden, Christopher Lloyd, Ving Rhames, Gary Busey. Des piranhas particulièrement voraces se frayent un chemin jusqu'à un parc aquatique de l'Arizona, transformé par l'opportuniste propriétaire en site de divertissement "pour adultes", au grand dam de la belle-fille de ce dernier, une biologiste marine. <strong>Distributeur: Alliance Vivafilm </strong>

  • A BEGINNER'S GUIDE TO ENDINGS (5)

    <strong>Canada. 2010. 92 min.</strong> Comédie dramatique de Jonathan Sobol avec Scott Caan, Paulo Costanzo, Jason Jones, Tricia Helfer, J.K. Simmons, Harvey Keitel. À la suite du suicide de leur père, truand à la noix, trois frères découvrent qu'il les avait autrefois soumis, moyennant rétribution, à des tests pharmacologiques nocifs. Si nocifs en fait qu'ils sont condamnés, à plus ou moins court terme, ce qui les oblige à devancer le bilan de leurs existences minables. Cal, séducteur impénitent, décide de se ranger auprès d'une ancienne flamme soupçonnée d'assassiner tous ses conjoints. Jacob, timide et rangé, dresse une liste de toutes les choses extravagantes qu'il veut accomplir avant son trépas. Nuts, ancien boxer raté, remonte sur le ring, motivé par l'orgueil et l'argent. Rien ne va plus pour les frangins, dont la folle journée prendra fin à Niagara Falls. <strong>Distributeur:</strong> Les Films Séville

  • CROOKED ARROWS (5)

    <strong>États-Unis. 2012. 105 min.</strong> Drame sportif de Steve Rash avec Brandon Routh, Gil Birmingham, Chelsea Ricketts, Tyler Hill, Crystal Allen, Cree Cathers, Michael Hudson, Dennis Ambriz, Tom Kemp. Le métis Joe Logan, propriétaire d'un casino situé sur une réserve autochtone, caresse un ambitieux projet d'agrandissement, en association avec un promoteur de race blanche. Avant toute chose, le jeune homme d'affaires doit obtenir l'accord du conseil de bande, et de son père Ben. En échange de son appui, ce dernier exige de lui qu'il prouve son attachement à ses racines en entraînant l'équipe de crosse locale, dernière au classement cette saison. Ben sait pourtant que son fils, jadis joueur étoile de l'école privée voisine, a gardé un goût amer de son expérience, qui s'était terminée dans le déshonneur. Qu'à cela ne tienne, fort des conseils d'un sage de sa tribu et de l'appui de sa soeur cadette, Joe parvient peu à peu à transformer ses joueurs en gagnants. Au point où sa formation se retrouve en finale de championnat contre son ancienne équipe. Mais la duplicité de l'associé de Joe risque de tout gâcher. <strong>Distributeur: Alliance Vivafilm</strong> Outre le fait de mettre en vedette la crosse et d'en souligner les origines amérindiennes, ce drame sportif souffre d'un manque criant d'originalité, tant dans le traitement que dans la conduite du récit. Les clichés pleuvent, les bons sentiments abondent et les interprètes font montre de plus d'enthousiasme que de talent. Restent quelques séquences de jeu enlevantes.

  • BLANCHE-NEIGE ET LE CHASSEUR (Snow White and the Huntsman) (4)

    <strong>États-Unis. 2012. 127 min.</strong> Drame fantastique de Rupert Sanders avec Kristen Stewart, Chris Hemsworth, Charlize Theron, Sam Claflin, Sam Spruell, Bob Hoskins, Ian McShane, Toby Jones. Dotée de puissants pouvoirs liés à sa grande beauté, Ravenna séduit le roi veuf Magnus, le tue au cours de leur nuit de noces et enferme dans la tour du château Blanche Neige, la fillette du souverain. Les années passent, au cours desquelles l'usurpatrice, avec le soutien de son frère Finn, sème la désolation sur le royaume. Son miroir magique lâââÄö¬ââÄû¢ayant informée que Blanche Neige, devenue adulte, la surpasse en beauté et en pureté, Ravenna entreprend de se saisir du coeur de cette dernière, de façon à s'assurer une immortelle jeunesse. Mais la princesse s'évade et se réfugie dans la Forêt noire. Ses pouvoirs étant inopérants dans ce lieu maudit, la cruelle reine charge un redoutable chasseur d'aller la capturer, sur promesse de revoir sa défunte épouse. Retrouvant rapidement la fugitive, le récalcitrant chasseur choisit plutôt de l'épargner et de fausser compagnie à Finn, qui l'escortait. Au fil de diverses aventures, le duo croise un groupe de nains et le fils d'un duc, amoureux de Blanche Neige depuis l'enfance. Rendus au domaine du père de ce dernier, le groupe forme une armée visant à renverser Ravenna. <strong>Distributeur: Universal </strong> Beaucoup plus sombre et sérieuse que celle du récent MIRROR MIRROR de Tarsem Singh, cette relecture du célèbre conte de Grimm à la sauce Harry Potter et comtesse Bathory affiche une grande ambition formelle et narrative, mais se perd quelque peu en cours de route. Charlize Theron impressionne, davantage que Kristen Stewart, énergique mais en panne de charisme.

  • JESUS HENRY CHRIST (5)

    <strong>États-Unis. 2011. 95 min.</strong> Comédie de Dennis Lee avec Jason Spevack, Michael Sheen, Toni Collette, Samantha Weinstein, Frank Moore, Paul Braunstein, Aaron Abrams. Fils unique de Patricia Herman, féministe célibataire issue d'une fratrie hautement dysfonctionnelle, Henry, génie de dix ans doté d'une mémoire photographique, apprend par son grand-père qu'il a été conçu par insémination artificielle. Du même souffle, le vieux gâteux met l'enfant sur la piste de son père biologique: Slavkin O'Hara, un universitaire qui vient de faire paraître un ouvrage controversé inspiré de l'homosexualité latente de sa fille de douze ans, Audrey. Motivé par son désir de rencontrer sa demi-soeur, Henry ne tarde pas à trouver Slavkin et à s'immiscer dans sa vie. La présence de ce fils dont il ignorait l'existence réveille chez ce dernier le souvenir douloureux de la liaison de son ex-épouse avec son obstétricien, et du coup ravive ses doutes quant à son lien biologique avec Audrey. Pour leur part, Patricia est loin d'être convaincue que Slavkin est le géniteur de son fils, et Audrey, en pleine rébellion, ne demande pas mieux que d'être la fille d'un autre. Des tests sanguins s'imposent. <strong>Distributeur: Les Films Séville </strong> Le scénario de cette comédie noire collectionne les idées extravagantes. Mais le cinéaste peine à les arrimer à son intrigue, trop laborieuse, opposant héritage famial et génétique. Du reste, le style inspiré des films de Quentin Tarantino et Guy Ritchie paraît plaqué, tout comme les dons intellectuels du jeune héros, bien défendu toutefois par Jason Spevack.

  • VIRGINIA (5)

    <strong>États-Unis. 2010. 111 min.</strong> Drame de Dustin Lance Black avec Jennifer Connelly, Harrison Gilbertson, Ed Harris, Emma Roberts, Amy Madigan, Toby Jones, Paul Walter Hauser, Carrie Preston. Alors qu'il brigue un poste de sénateur en Virginie, Richard Tipton apprend que Jessie, sa fille adolescente, est amoureuse d'Emmett, le fils de sa maîtresse Virginia. Convaincu qu'il est le père naturel du garçon, le shérif mormon va jusqu'à employer la violence afin de convaincre ce dernier de mettre fin à l'idylle. Mais rien n'y fait. De son côté, Virginia apprend de son médecin qu'elle souffre d'un cancer des poumons. Niant l'évidence, la jeune mère schizophrène se déclare enceinte des oeuvres de Tipton et arbore pour plus de vraisemblance une bedaine postiche en public. Devant ces extravagances, le politicien prend ses distances avec Virginia, amplifiant son désarroi. Décidée à aller s'établir en Californie après le mariage secret d'Emmett et Jessie à Atlantic City, celle-ci prend des moyens extrêmes pour réunir la somme nécessaire au voyage. <strong>Distributeur: Les Films Séville </strong> Le scénariste oscarisé de MILK signe ici un film très personnel, aux nombreuses données autobiographiques. Malheureusement, sa charge contre l'hypocrisie fait long feu, le scénario manque de cohérence, hésitant trop entre drame et loufoquerie, et la réalisation ne casse rien. À tout le moins, Jennifer Connelly s'avère très touchante dans le rôle-titre.

  • THE WHALE (5)

    <strong>Canada. 2011. 88 min.</strong> Documentaire de Suzanne Chisholm,Michael Parfit. Sur la côte de la Colombie-Britannique, les communautés blanche et autochtone se solidarisent autour de la sauvegarde controversée d'un épaulard qui, abandonné par sa famille, a été adopté par la population. Au grand désespoir de cette dernière, le ministère de la faune, inquiété par la sédentarité du mammifère réputé nomade, ira jusqu'à interdire tout contact avec lui. <strong>Distributeur: Cinéma du Parc </strong> Cette fable manipulatrice et prêchi-prêcha raconte un "fait vécu" avec une ardeur écologiste défendable, inversement proportionnelle à sa pertinence au plan artistique. La narration appuyée, la musique sucrée et omniprésente, la réalisation technique dans la moyenne, plaident mal la cause du mammifère marin, croqué dans des images parfois saisissantes.

  • AMADOR (4)

    <strong>Espagne. 2010. 112 min.</strong> Comédie dramatique de Fernando Leon de Aranoa avec Magaly Solier, Celso Bugallo, Fanny de Castro, Pietro Sibille, Sonia Almarcha, Eleazar Ortiz. Alors qu'elle s'apprête à quitter son petit ami, Marcela apprend qu'elle est enceinte et change d'idée. Afin d'aider ce dernier à remplacer le coûteux frigo servant à son commerce clandestin de fleurs, la jeune Madrilène d'origine latino-américaine décroche un emploi consistant à veiller, durant le jour, sur Amador, un vieil homme alité. Anarchiste dans l'âme, celui-ci prend plaisir à se moquer de sa gardienne naïve et réservée, surtout lorsqu'il reçoit à la maison les soins particuliers d'une amie. Néanmoins, une réelle complicité se crée entre le grabataire et Marcela, jusqu'à ce qu'un événement fortuit force cette dernière à prendre une décision lourde de conséquences. <strong>Distributeur: Cinéma du Parc </strong> En dépit d'observations pertinentes, cette comédie noire baignant dans un climat de malaise et de mystère manque de rythme, fourmille d'invraisemblances et surtout, effleure un sujet tabou. La réalisation apprêtée dépasse à peine l'illustration, mais le jeu contrasté et de haut niveau des deux vedettes ainsi qu'un dénouement inattendu sauvent la mise.

  • LE FILS BENI (Fortunate Son) (4)

    <strong>Canada. 2011. 78 min.</strong> Film d'essai de Tony Asimakopoulos. Après une absence de dix ans, Tony Asimakopoulos revient s'établir à Montréal où les problèmes qui l'avaient forcé à partir refont surface, à savoir le climat de discorde perpétuelle dans lequel vivent ses parents d'origine grecque, ainsi que l'amour oppressant de sa mère. Afin d'exorciser ses démons, il fait d'eux le sujet d'une sorte de journal filmé, tourné avec la complicité de sa conjointe Nathalie. Au fil des mois, le projet prend de plus en plus de place. <strong>Distributeur: EyeSteelFilm </strong> Ce portrait de famille poétique, sensible et nuancé, marque la naissance au monde d'un cinéaste audacieux, singulier et sincère. Au moyen du matériau filmé et des images d'archives, celui-ci articule une superbe méditation sur le pouvoir guérisseur de l'art. Si les angles sont parfois mal équarris, l'ensemble se révèle d'une émouvante impudeur.