NOUVELLES

C1/Finale - Heynckes: calme et patience comme clés de la réussite

18/05/2012 11:06 EDT | Actualisé 18/07/2012 05:12 EDT

Comme face au Real Madrid, le calme et la patience seront les clés d'une victoire en finale de la Ligue des champions samedi contre Chelsea, a estimé l'entraîneur Jupp Heynckes vendredi, avant d'aller diriger l'ultime séance d'entraînement du Bayern Munich.

Q: Etes-vous un peu nerveux avant cette finale à domicile ?

R: "Je pense que pour l'équipe et le club, c'est important que je dégage de la tranquilité, comme je l'ai fait durant toute la saison. Avant le match à Madrid (en demi-finale), j'ai dit aux joueurs qu'il fallait être cool et patient, et ça s'applique également pour ce match. Il faudra être patient, ne pas prendre de but, et alors on aura une chance de gagner cette finale".

Q: Pensez-vous quand même que le Bayern part favori ?

R: "Il n'y a pas de favori en Ligue des champions, surtout contre Chelsea, dont les joueurs ont beaucoup gagné et veulent aussi ce titre. C'est une équipe avec une énorme expérience, une organisation fantastique et des joueurs excellents. Regardez leur parcours: ils ont battu Naples 4-1 en phase de poules, puis Benfica (en quarts), puis Barcelone 1-0 avant de tenir 60 minutes à dix. Cela dit, jouer sur notre pelouse, être dans notre vestiaire nous donne peut-être une petite chance."

Q: Vous attendez-vous à un combat physique ?

R: "Je ne pense pas que Chelsea sera ultra-défensif comme à Barcelone. Regardez le jeu du Barça et le nôtre ! Ce sera un match très dramatique entre deux équipes qui meurent d'envie de gagner, et chacune l'abordera à sa manière".

Q: Didier Drogba est-il la principale menace de Chelsea ?

R: Bien sûr qu'il faut prendre des mesures pour contrer un tel joueur. Drogba est depuis des années un buteur de talent en Premier League. Il est dangereux, peut marquer à tout moment et est parfois un fabuleux acteur sur le terrain. Mais Torres joue bien ces dernières semaines, Lampard et Kalou sont au top niveau. Ce serait une erreur de se concentrer seulement sur Drogba.

Q: Estimez-vous votre expérience comme un avantage sur Roberto Di Matteo ?

R: "Je ne pense pas que l'expérience de l'homme sur le banc soit décisive. On doit non seulement motiver les joueurs, mais aussi les pousser à se concentrer sur le moment présent. Et peu importe l'âge. Quand on a vécu l'atmosphère impressionnante de Bernabeu (à Madrid) et qu'on le transmet à l'équipe, c'est un avantage. Mais le plus important, c'est ce que les joueurs peuvent produire sur le terrain".

Q: En 1998, vous gagniez avec le Real Madrid et vous perdiez votre poste. Cette fois, Di Matteo risque le sien. Trouvez-vous cela injuste ?

R: "Non, pas dans mon cas, car c'était décidé en décembre. S'ils ne l'avaient pas fait, je serais parti de moi-même. La situation de Roberto Di Matteo peut se comprendre. Si vous avez un grand club et que vous en occupez le poste le plus important, vous voulez trouver l'entraîneur qui fait gagner des titres. Pour Roberto, la décision n'est pas dans mes mains. Mais si j'étais président, je le garderais. N'oubliez pas tout ce qu'il a fait pour porter Chelsea jusqu'en finale. Il faut de la continuité. Je ne vois pas pourquoi il ne continuerait pas".

Q: Beaucoup disent qu'il vous faut cette victoire pour sauver la saison après les échecs nationaux...

R: "C'est légitime de dire ça de l'extérieur. Mais je pense qu'il ne faut pas être trop dépendant de ça. J'ai dit à mes joueurs de laisser de côté tout ça. On a fait une belle saison: on termine avec 73 points et seulement 22 buts encaissés. Il faut juste réaliser qu'il y a eu une équipe meilleure en Allemagne (Dortmund), et ce n'est pas un problème. Nous avons fait une saison formidable en Ligue des champions. Mais bien sûr qu'une victoire (samedi) couronnerait la saison".

Propos recueillis en conférence de presse

sg/es

PLUS:afp