NOUVELLES

Raid aérien turc contre des Kurdes: les USA ont fourni des renseignements

17/05/2012 11:13 EDT | Actualisé 17/07/2012 05:12 EDT

L'attaque aérienne de l'aviation turque qui a coûté la vie à 35 Kurdes à la frontière turco-irakienne fin décembre a été lancée à la suite de renseignements fournis par un drone américain, a-t-on appris jeudi auprès d'un responsable américain de la défense.

Lors de cette bavure le 29 décembre, des chasseurs F-16 turcs avaient confondu des trafiquants de cigarettes et de carburant âgés de 16 à 20 ans avec des séparatistes kurdes qui empruntent le même chemin pour s'infilter en Turquie depuis leurs bases du Kurdistan irakien.

"Nous sommes au courant de l'incident", a affirmé à l'AFP ce responsable américain sous couvert de l'anonymat, rappelant que les Etats-Unis fournissent des moyens de reconnaissance et de surveillance à l'armée turque à l'aide de drones Predator.

"Dans ce cas particulier, (les drones) ont repéré un groupe de personnes avec des animaux bâtés. Cette information a été transmise aux Turcs et nos drones ont quitté la zone", a-t-il détaillé.

"Nous n'avons rien à voir avec cette attaque aérienne, nous n'étions plus dans la zone quand l'attaque s'est produite", a-t-il ajouté.

Cette bavure avait mis le gouvernement turc sur le grill et déclenché une vague de protestations des milieux pro-kurdes qui ont crié au "massacre".

Fin 2011, Ankara a dû faire face à un flambée de violences dans le conflit qui l'oppose au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) après la mort de plusieurs dizaines de soldats dans des attaques durant l'été.

Les rebelles du PKK, qui ont pris les armes en 1984 pour l'indépendance puis l'autonomie du sud-est turc peuplé en majorité de Kurdes, utilisent leurs bases arrières dans le nord de l'Irak, pays voisin, pour lancer des attaques contre des objectifs en territoire turc.

Alliés de la Turquie, les Etats-Unis ont repositionné fin 2011 sur la base d'Incirlik (sud de la Turquie) quatre drones Predator, non armés, qui étaient auparavant basés dans le nord de l'Irak, afin de continuer à fournir des renseignements à la Turquie sur le PKK.

mra-ddl/sj

PLUS:afp