NOUVELLES

Plus de la moitié des bébés nés en 2011 aux États-Unis proviennent de minorités

17/05/2012 06:40 EDT | Actualisé 17/07/2012 05:12 EDT

WASHINGTON - Pour la première fois de l'histoire des États-Unis, plus de la moitié des bébés nés en 2011 étaient issus de minorités ethniques, selon l'estimation du recensement rendue publique jeudi, qui met en évidence les changements profonds dans la composition ethnique du pays.

«C'est un point de repère important», a souligné Roderick Harrison, ancien responsable des statistiques sur les minorités au Bureau du recensement des États-Unis et sociologue à l'université Harvard. «Cette génération grandit en étant beaucoup plus habituée à la diversité que ses aînés.»

Dans l'ensemble, la proportion des minorités au sein de la population américaine continue d'augmenter. Par rapport à 2010, le poids des minorités s'est accru de 1,9 pour cent pour représenter 114,1 millions de personnes, soit 36,6 pour cent de la population américaine. La hausse s'explique notamment par les précédentes vagues d'immigration qui ont attiré de jeunes familles aux États-Unis et qui ont fait augmenter le nombre de femmes hispaniques en âge de procréer.

Mais le récent ralentissement de la croissance des populations hispanique et asiatique fait changer les indicateurs sur le moment où les Blancs non hispaniques deviendront une minorité aux États-Unis. Le recensement de 2010 suggérait que cette étape pourrait survenir aussi tôt qu'en 2040, mais les démographes pensent maintenant que ce moment pivot pourrait être repoussé de plusieurs années.

La croissance annuelle des populations hispanique et asiatique a diminué l'an dernier pour atteindre un peu plus de deux pour cent, soit environ la moitié des taux de l'an 2000. La croissance de la population noire est restée stable, à un pour cent.

Les bébés issus de minorités ont représenté 50,4 pour cent des naissances en 2011, comparativement à 37 pour cent en 1990.

Dans 348 des 3143 comtés des États-Unis, soit un sur neuf, plus de 50 pour cent des résidants de tous les âges font partie d'une minorité, tandis qu'un comté sur quatre compte plus de 50 pour cent d'enfants âgés de moins de cinq ans issus de minorités.

Le taux de naissances diminue chez les Blancs comme chez les minorités. Mais depuis 2008, la baisse est plus marquée chez les Blancs: il a diminué de 11,4 pour cent, comparativement à 3,2 pour cent chez les minorités, selon Kenneth Johnson, sociologue à l'université du New Hampshire.

La croissance de la population asiatique a ralenti, passant de 4,5 pour cent en 2001 à environ 2,2 pour cent en 2011. Mais les Hispaniques et les Asiatiques sont encore les minorités dont la proportion s'accroît le plus vite: ils représentent respectivement 16,7 et 4,8 pour cent de la population des États-Unis.

Les Noirs représentent quant à eux environ 12,3 pour cent de la population américaine, avec une croissance de un pour cent par année.

PLUS:pc