NOUVELLES

Nucléaire iranien: la Chambre accroît la pression sur Barack Obama

17/05/2012 03:56 EDT | Actualisé 17/07/2012 05:12 EDT

La Chambre des représentants américaine a adopté jeudi une résolution accroissant la pression sur Barack Obama pour empêcher l'Iran de poursuivre son programme nucléaire en rejetant toute politique d'endiguement à l'égard de Téhéran.

Le texte, soutenu par le lobby pro-israélien AIPAC, a été adopté à une large majorité de 401 voix pour et 11 contre.

Si la résolution n'autorise pas l'usage de la force, elle laisse peu de choix au président Obama, appelé à "réaffirmer le caractère inacceptable d'un Iran possédant une capacité nucléaire et l'opposition à toute politique qui reposerait sur l'endiguement comme une réponse possible à la menace nucléaire iranienne".

"Le temps est compté pour empêcher le gouvernement iranien d'acquérir la capacité de construire une arme nucléaire", estiment les élus dans la résolution avant d'appeler le président à "accroître la pression économique et diplomatique sur l'Iran afin d'obtenir un accord avec le gouvernement iranien".

L'accord recherché par les élus comprendrait notamment l'arrêt total de l'enrichissement d'uranium.

"Nous devons obliger le régime (iranien) à démanteler de façon permanente et vérifiable son programme nucléaire, à abandonner son programme de développement de missiles balistiques non-conventionnels, et à mettre fin à son soutien à la violence extrémiste", a estimé Ileana Ros-Lehtinen, auteur du projet de loi devant la Chambre cette semaine.

Le lobby irano-américain National Iranian American Council (NIAC) a dénoncé la résolution dans un communiqué affirmant qu'elle "abaisse considérablement le seuil pour une guerre avec l'Iran".

Un texte similaire a été déposé au Sénat en début d'année par des sénateurs des deux bords. La chambre haute devrait se prononcer "bientôt", a indiqué à l'AFP une source au Sénat.

Le vote de la Chambre intervient alors que l'Iran et les pays du groupe 5+1 (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie, Chine et Allemagne) doivent se retrouver le 23 mai à Bagdad pour poursuivre des discussions rouvertes en avril à Istanbul après quinze mois d'interruption.

emp/lor/mdm

PLUS:afp