NOUVELLES

Les achats transfrontaliers augmenteront, selon une étude de la BMO

17/05/2012 11:34 EDT | Actualisé 17/07/2012 05:12 EDT

OTTAWA - Un nouveau rapport de la Banque de Montréal (TSX:BMO) révèle que les achats transfrontaliers privent l'économie canadienne de revenus substantiels et que les prochains assouplissements au niveau des droits de douanes à l'importation ne feront qu'empirer la situation.

La Banque de Montréal estime que la force du huard incite un nombre croissant de Canadiens à traverser la frontière pour aller magasiner. Selon le rapport, le flux ne fera qu'augmenter une fois les nouvelles limites sur les marchandises exemptes de droits de douanes entrées en vigueur, le mois prochain.

Le rapport constate qu'avec l'actuel taux de change légèrement sous la parité avec le dollar américain, les Canadiens payent en moyenne 14 pour cent plus à la maison qu'ils ne le feraient aux États-Unis pour un article identique.

La nouvelle enquête de la BMO sur les biens de consommation affirme toutefois que l'écart s'est rétréci comparativement au printemps 2011, alors que le huard était évalué à 1,02 $ US et que la différence se chiffrait à 20 pour cent.

M. Porter estime que les Canadiens vont continuer de dépenser leur argent au sud de la frontière et prédit que le flux s'intensifiera après le 1er juin, lorsque la limite pour les marchandises exemptes de droits de douanes lors de séjours de plus de 24 heures passera de 50 $ à 200 $, et à 800 $ pour les séjours au-delà de 48 heures.

Selon des estimations prudentes, le magasinage transfrontalier ampute environ 20 milliards $ chaque année en ventes perdues à l'économie canadienne.

PLUS:pc