NOUVELLES

Le FMI se met en retrait en Grèce en attendant les élections

17/05/2012 12:38 EDT | Actualisé 17/07/2012 05:12 EDT

Le Fonds monétaire international (FMI) s'est mis jeudi en retrait de la Grèce en annonçant qu'il se refusait à travailler avec le gouvernement transitoire et qu'il attendait les élections de juin.

Face à la probabilité toujours plus grande qu'Athènes ne quitte la zone euro, l'agence de notation financière Fitch a par ailleurs abaissé jeudi les notes de long terme du pays, de "B-" à "CCC".

Alors qu'à Athènes un exécutif intérimaire prenait ses fonctions, le FMI a choisi de suspendre ses contacts avec le pays jusqu'aux législatives programmées pour le 17 juin.

La Grèce ne devrait donc plus entendre parler du FMI pendant un mois.

"Nous attendons avec intérêt de prendre contact avec le nouveau gouvernement une fois qu'il aura été formé", a affirmé à la presse un porte-parole de l'institution, David Hawley. A savoir le gouvernement formé "après les élections", a-t-il précisé.

"L'essentiel est que notre mission (à Athènes) sera après les élections. Je n'ai pas de date spécifique", a poursuivi le porte-parole.

Ce choix est logique sachant que le gouvernement intérimaire ne devrait pas avoir de parlement à sa disposition: celui-ci doit en principe être dissous vendredi, conformément à la constitution du pays. Ce gouvernement sera donc incapable d'appliquer les mesures que demande le FMI à la Grèce.

De plus, le Fonds a insisté ces derniers mois pour dire qu'il souhaitait que son programme économique soit soutenu par l'opinion.

Les élections législatives anticipées du 6 mai ont donné lieu à une percée historique des partis protestataires, qui ont fait campagne sur leur rejet du "mémorandum" des politiques économiques souhaitées par le FMI et ses deux partenaires, la Commission européenne et la Banque centrale européenne.

La fragmentation du Parlement a empêché la Grèce de former un gouvernement de coalition en mesure d'appliquer le "mémorandum". Et à en croire les sondages, les partis anti-FMI, et en particulier la gauche Syriza, devraient conforter leur implantation au Parlement.

Pour les analystes financiers, l'appartenance de la Grèce à la zone euro est déjà menacée.

"La réédition des élections grecques pourrait bien mettre en route le processus de sortie", commentait Jens Nordvig, de la maison de courtage Nomura. Diego Iscaro, du cabinet de conseil IHS Global Insight, estimait qu'il y avait trois quarts de chances pour que la Grèce abandonne la monnaie unique.

Dans ce contexte, Fitch a abaissé la note de crédit du pays, pointant "le risque accru que la Grèce ne soit pas en mesure de maintenir sa participation à l'Union économique et monétaire".

Même le FMI songe à un tel scénario.

"Nous, au FMI, devons être techniquement prêts à tout, parce que c'est notre métier. Mais je ne suis pas en train de laisser entendre que c'est une solution souhaitable. Je dis seulement que parmi l'étendue des multiples possibilités, c'est l'une de celles que nous devons envisager", a déclaré mercredi la directrice générale du FMI Christine Lagarde.

"Je ne dis pas que ce serait plus coûteux (que le maintien de l'euro en Grèce), car je ne compare pas. Je dis simplement que ce serait extrêmement coûteux, et pas seulement pour la Grèce", a-t-elle poursuivi.

Le FMI a accordé en mars à Athènes un nouveau prêt de 28 milliards d'euros, succédant à celui de 30 milliards de mai 2010, dont deux tiers avaient été déboursés.

Il n'a versé que 1,6 milliard d'euros de ce nouveau prêt et devait en verser 1,6 milliard supplémentaire fin mai. Mais comme cela nécessite la formation d'un gouvernement ayant une majorité au parlement, cela devrait intervenir en juin au plus tôt.

Et pour certains analystes, la question n'est plus de savoir si le FMI va financer la Grèce, mais s'il va se faire rembourser l'argent qu'il lui a prêté.

hh-sab/mdm

PLUS:afp