NOUVELLES

Le Canadien Pacifique est à la recherche d'un nouveau chef de la direction

17/05/2012 08:00 EDT | Actualisé 17/07/2012 05:12 EDT

CALGARY - Le Canadien Pacifique (TSX:CP) est à la recherche d'un nouveau patron, après qu'un fonds de placement spéculatif eut remporté la bataille qu'il livrait depuis des mois afin d'obtenir le remplacement de son président et chef de la direction, Fred Green, à l'emploi du transporteur ferroviaire depuis 34 ans.

M. Green, le président du conseil d'administration du CP, John Cleghorn, et quatre autres administrateurs ont concédé la défaite face au fonds new-yorkais Pershing Square Capital Management, jeudi, quelques heures à peine avant la fin d'une course aux procurations lors de l'assemblée annuelle de la compagnie.

La rencontre n'a duré que quelques minutes et elle n'a pas donné lieu aux feux d'artifice attendus par plusieurs.

Le nouveau conseil — composé des sept candidats proposés par Pershing Square et de neuf administrateurs qui en faisaient déjà partie — a tenu sa première réunion immédiatement après l'assemblée annuelle.

Le conseil a par la suite annoncé que Stephen Tobias avait été désigné afin d'assumer temporairement les fonctions de chef de la direction, le temps que les membres d'un comité tout juste formé trouvent un nouveau dirigeant.

Madeleine Paquin agira à titre de présidente suppléante.

«Le conseil d'administration du Canadien Pacifique est uni dans son engagement à servir les meilleurs intérêts de cette grande compagnie», a affirmé Mme Paquin par voie de communiqué.

«Nous avons confiance dans la profondeur et l'étendue de ce conseil, et en sa capacité à travailler avec la direction et tous les employés du CP pour servir nos clients et communautés», a-t-elle ajouté.

Le fondateur, président et chef de la direction de Pershing Square, Bill Ackman, cherchait à obtenir le remplacement de M. Green par Hunter Harrison, dirigeant à la retraite du Canadien National (TSX:CNR), transporteur rival du CP.

Il a cependant affirmé aux représentants des médias, avant l'assemblée, qu'ils ne devaient pas s'attendre à un couronnement.

«De toute évidence, il n'y a pas un grand nombre de candidats», a-t-il dit.

«Nous allons faire les choses dans les règles, nous allons rencontrer tous les candidats, et nous allons le faire dès maintenant», a ajouté M. Ackman.

M. Harrison n'a pas pris part à l'assemblée, bien qu'il soit lui-même actionnaire du CP et qu'il ait exprimé le souhait de se retrouver à la tête du transporteur.

Le départ de M. Green et des cinq administrateurs ouvre un nouveau chapitre dans l'histoire du transporteur, qui est presque aussi longue que celle du Canada.

La défaite des dirigeants du CP était largement attendue, un certain nombre de gestionnaires de fonds institutionnels ayant fait part de leur intention d'appuyer les candidats proposés par M. Ackman.

«Nous avons clairement entendu votre appel en faveur d'un changement, et nous sommes honorés de travailler avec le conseil afin de mener cette grande compagnie à des sommets encore plus élevés de performance et de réussite», a-t-il déclaré aux actionnaires lors de l'assemblée.

M. Ackman cherchait à obtenir le remplacement de M. Green depuis l'an dernier, alors que Pershing a fait l'acquisition de quelque 14 pour cent des actions du CP.

Les détracteurs de M. Green affirmaient que le CP est devenu sous sa direction le pire transporteur ferroviaire d'importance en Amérique du Nord, en matière de performance. De leur côté, ses supporters assuraient que les problèmes de l'entreprise étaient largement exagérés et ils estimaient que M. Green était l'homme de la situation.

Fred Green avait débuté sa carrière au Canadien Pacifique en 1978. Il avait été désigné président en 2005 et chef de la direction l'année suivante. Il est diplômé en commerce de l'Université Concordia, à Montréal.

Les actions du Canadien Pacifique ont terminé la séance de jeudi à 76,51 $ à la Bourse de Toronto, en hausse de 65 cents par rapport à leur précédent cours de clôture.

PLUS:pc