NOUVELLES

Italie/matches truqués: premières audiences de la justice sportive le 31 mai

17/05/2012 04:05 EDT | Actualisé 17/07/2012 05:12 EDT

La première audience disciplinaire dans l'affaire des matches truqués, dite "Calcioscommesse", aura lieu le 31 mai, a annoncé jeudi la Fédération italienne de football (FIGC).

Vingt-deux clubs et 61 personnes, dont 54 joueurs, seront entendus par la commission de discipline, et les sanctions pourraient être "exemplaires", affirme-t-on à la FIGC, qui veut frapper un grand coup contre ce mal qui sévit dans le football italien.

Des clubs risquent de perdre des points, comme c'est arrivé à l'Atalanta Bergame (6 points) l'été dernier dans cette même affaire. Avec les délais de justice et les recours, les sanctions pourraient n'être appliquées que la saison prochaine.

Sienne, l'Atalanta, Novare (relégué) et la Sampdoria Gênes (Serie B) figurent notamment parmi les clubs cités.

Les joueurs risquent pour leur part de lourdes sanctions comme Cristiano Doni, ancien capitaine de l'Atalanta, suspendu trois ans à l'été 2011.

Doni figure sans surprise dans la liste des 54 joueurs, comme Carlo Gervasoni (ex-Plaisance/D3) et Filippo Carobbio (La Spezia/D3, ex-Sienne). Tous trois ont déjà commencé à collaborer avec la justice civile dans ce scandale qui inquiète toute l'Italie,.

Quatre dirigeants et trois entraîneurs figurent également sur cette liste.

Ne sont convoquées devant la justice sportive que les personnes et institutions impliquées dans l'enquête du parquet de Crémone. Il ne s'agit là que d'un premier volet de l'affaire, les Parquets de Bari et Naples enquêtant également sur le "Calcioscommesse" (paris sur le football).

La justice civile suit son cours, et les procureurs annoncent régulièrement de nouveaux développements, concernant des matches de Serie A (1re division).

Dans le scandale du "Calcioscommesse", des mafias locales et étrangères et des joueurs s'arrangeaient pour influer sur le résultat d'un match, afin de parier à coup sûr.

Des joueurs, des intermédiaires de toutes sortes et peut-être également des dirigeants truquaient les rencontres de ligues inférieures et même de Serie A.

eba/eb

PLUS:afp