NOUVELLES

Harper participe à deux sommets pour discuter de l'Afghanistan et d'économie

17/05/2012 10:08 EDT | Actualisé 17/07/2012 05:12 EDT

OTTAWA - L'avenir de l'Afghanistan sera au coeur des discussions lors des deux sommets internationaux auxquels participera le premier ministre Stephen Harper au cours du week-end.

Les leaders du G8 se rencontreront d'abord vendredi, à Camp David, lieu de retraite du président américain, avant de se rendre à Chicago pour la rencontre de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN).

Lors de ces deux sommets, la situation économique et la sécurité de l'Afghanistan seront largement discutées.

Une somme évaluée à 4,1 milliards $ serait nécessaire pour soutenir les forces locales en Afghanistan après le départ des forces militaires internationales prévue en 2014. Les États-Unis ne veulent pas être les seuls à acquitter la facture.

L'Australie, la Grande-Bretagne et l'Allemagne ont déjà contribué, mais les autorités canadiennes demeuraient timides quant à leur participation. Selon Andrew MacDougall, un porte-parole du premier ministre, les objectifs du gouvernement sont clairs. L'Afghanistan doit être un État qui ne représente pas une menace pour la sécurité mondiale et qui puisse prendre en main sa propre sécurité.

Il a refusé de commenter le fait que le Canada aurait été sollicité pour garder des unités spéciales en Afghanistan après 2014, la date prévue pour le retrait des forces internationales et la fin du programme canadien de formation des soldats en place.

Le convoi original comportait 950 soldats, mais le nombre de ces derniers a commencé à diminuer à mesure que le pays se prenait en main.

Lors d'une entrevue récente avec la Presse Canadienne, le général Mike Day, commandant en chef de la mission d'entraînement de l'OTAN, a souligné que les forces spéciales se retiraient seulement lorsque les institutions étaient en mesure de fonctionner par elles-mêmes.

Les discussions porteront également sur l'économie de la zone euro, mais, selon M. MacDougall, le Canada n'a pas l'intention de dire aux pays européens comment gérer leurs finances.

Le Sommet du G8 sera l'occasion d'accueillir le nouveau président de la France, François Hollande. Une rencontre en privé est prévue entre le premier ministre Harper et le président français.

PLUS:pc