NOUVELLES

Fitch abaisse les notes de la Grèce à cause du risque de sortie de l'euro

17/05/2012 02:28 EDT | Actualisé 17/07/2012 05:12 EDT

L'agence de notation financière Fitch a abaissé jeudi les notes de long terme de la dette en devises et en euros de la Grèce à "CCC" contre "B-" auparavant, citant "le risque accru" de sortie du pays de la zone euro.

La note de la dette de court terme en devises a été ramenée à "C" contre "B" auparavant.

"L'abaissement des notes de la dette souveraine de la Grèce reflète le risque accru que la Grèce ne soit pas en mesure de maintenir sa participation à l'Union économique et monétaire", justifie Fitch.

"Le score important des partis +anti-austérité+ lors des élections parlementaires du 6 mai et l'incapacité à former un gouvernement montre le manque de soutien politique et public pour le programme (d'aides) de 173 milliards d'euros de l'Union européenne et du FMI", ajoute l'agence.

Les dernières élections en Grèce ont vu la montée en puissance des partis anti-austérité. Leur possible accession au pouvoir après le prochain scrutin prévu le 17 juin pourrait remettre en cause le maintien du pays au sein de la zone euro, perspective qui inquiète les investisseurs.

"Au cas où les élections générales du 17 juin ne déboucheraient pas sur un gouvernement ayant pour mandat de continuer le programme d'austérité budgétaire et de réformes structurelles (conditionné aux aides) de l'Union européenne et du Fonds monétaire international (FMI) une sortie de la Grèce de l'Union économique et monétaire est probable", poursuit Fitch.

Une telle éventualité se traduirait probablement par "un défaut de paiement à grande échelle du secteur privé et sur les obligations dénominées en euro, malgré un service de la dette modéré à la suite de la restructuration des bons d'Etat du gouvernement grec en mars", note encore Fitch.

Une sortie de la Grèce de la zone euro pourrait aussi entraîner la dégradation des notes de celles d'autres pays, notamment l'Italie et l'Espagne, avait déjà averti lundi Fitch.

Le rejet des engagements de la Grèce vis-à-vis de ses créanciers, UE et FMI, serait "désastreux", a prévenu le Premier ministre sortant Lucas Papademos.

Le FMI a annoncé qu'il suspendait ses contacts avec la Grèce jusqu'aux élections législatives, et ne travaillerait pas avec le nouveau gouvernement provisoire, nommé jeudi à Athènes pour expédier les affaires courantes.

Début mai, l'agence concurrente Standard and Poor's avait de son côté relevé la note de la Grèce à "CCC", contre "défaut sélectif" au terme d'une opération d'échange de dette qui a permis d'effacer environ 105 milliards d'euros de créances.

La troisième grande agence de notation, Moody's, avait quant à elle annoncé début mars qu'elle considérait que la Grèce avait fait défaut sur sa dette, et a maintenu la note qu'elle attribue au pays à "C", la plus basse dans son échelle.

ved/hh/gde

PLUS:afp