NOUVELLES

Bahreïn demande à l'Iran de cesser ses "ingérences"

17/05/2012 05:14 EDT | Actualisé 17/07/2012 05:12 EDT

Le chef de la diplomatie de Bahreïn a appelé l'Iran à mettre fin à ses "ingérences" dans les affaires internes de son pays et défendu le projet d'union avec les autres monarchies du Golfe, dénoncé par Téhéran.

"Le royaume de Bahreïn rejette les ingérences iraniennes dans ses affaires internes", a affirmé cheikh Khaled ben Ahmad Al Khalifa, cité jeudi par l'agence officielle BNA.

"Régulièrement, nous entendons des allégations de la partie iranienne selon laquelle Bahreïn est une quatorzième province de l'Iran et le peuple bahreïni veut revenir à la patrie mère", a affirmé le ministre.

"Ces ingérences et ces allégations ne sont pas dirigées contre Bahreïn seulement, mais contre tous les pays du Golfe, les Emirats arabes unis, le Koweït et l'Arabie saoudite en particulier", a-t-il ajouté.

L'Iran a haussé le ton mercredi contre un projet d'union entre l'Arabie saoudite et Bahreïn, appelant les Iraniens à se mobiliser contre ce que Téhéran considère comme une tentative d'"annexion" par Ryad d'un territoire appartenant autrefois à la Perse.

Gouverné depuis 1783 par la dynastie des Al-Khalifa, Bahreïn a été un protectorat britannique de 1871 jusqu'à son indépendance, en 1971, proclamée un an après un référendum au cours duquel les habitants avaient refusé d'être rattachés à l'Iran.

Le ministre a estimé que le shah d'Iran "qui avait des visées sur Bahreïn avait fait preuve de sagesse en acceptant la décision du peuple de Bahreïn et et de la communauté internationale" dans une référence au référendum.

Selon cheikh Khaled, le projet d'union "répond aux aspirations des peuples" de la région.

Les six monarchies du Golfe ont décidé lundi au terme d'un sommet à Ryad de poursuivre l'étude d'un projet d'union, pressenti pour regrouper dans un premier temps l'Arabie saoudite et Bahreïn, et auquel l'opposition chiite bahreïnie, soutenue par l'Iran, est hostile.

Mardi, Téhéran a affirmé que ce projet d'union pourrait aggraver la crise à Bahreïn, et Manama avait convoqué le chargé d'affaires iranien pour protester.

Téhéran a appelé la population à manifester à travers l'Iran après la prière du vendredi "contre le plan américain d'annexion de Bahreïn par l'Arabie saoudite".

L'opposition chiite à Bahreïn a également appelé à des manifestations vendredi contre le projet d'union.

wak/at/feb

PLUS:afp