NOUVELLES

Au Pentagone Ehud Barak discute de l'aide au système antimissile israélien

17/05/2012 11:40 EDT | Actualisé 17/07/2012 05:12 EDT

Le ministre israélien de la Défense Ehud Barak a une nouvelle fois rencontré jeudi son homologue américain Leon Panetta au Pentagone afin d'évoquer l'aide américaine au système de défense antimissile israélien, a-t-on appris auprès de responsables américains.

Au cours de cette troisième visite aux Etats-Unis de M. Barak en trois mois, le ministre israélien doit tenter de finaliser une décision prévoyant une aide militaire américaine supplémentaire à Israël d'un montant total de 680 millions de dollars.

Cette assistance doit financer le développement du système de missiles antimissiles "Iron Dome" (Dôme de fer) ainsi que l'acquisition par l'armée israélienne de deux nouvelles batteries de ce système destiné à neutraliser les roquettes tirées depuis Gaza, selon le quotidien israélien Haaretz.

Les Etats-Unis ont dépensé quelque 204 millions de dollars en 2011 pour le programme "Iron Dome" et le Pentagone a indiqué fin mars qu'il entendait "demander au Congrès un financement adéquat" pour l'acquisition de nouvelles batteries.

Chaque batterie "Iron Dome" comprend un radar de détection et de pistage, un logiciel de contrôle de tir et trois lanceurs équipés chacun de 20 missiles d'interception. Le système permet d'abattre en vol des engins tirés d'une distance de 4 à 70 km.

Israël dispose déjà de trois de ces batteries, et Ehud Barak a récemment annoncé qu'il souhaitait doter Israël de dix autres.

La question du programme nucléaire iranien controversé doit également être évoquée entre les deux hommes. Les Etats-Unis essaient de rassurer Israël sur leur volonté d'empêcher l'Iran de se doter de l'arme atomique et de convaincre l'Etat hébreu de privilégier les sanctions et la diplomatie plutôt que des frappes contre les installations nucléaires iraniennes.

Après quinze mois de blocage dans les négociations sur le programme nucléaire iranien, l'Iran et le groupe 5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne et Allemagne) ont repris en avril leur dialogue à Istanbul et doivent se retrouver le 23 mai à Bagdad pour poursuivre les discussions.

mra-ddl/sj

PLUS:afp