NOUVELLES

Afghanistan: Washington s'attend à une "contribution" de Paris après 2012

17/05/2012 04:56 EDT | Actualisé 17/07/2012 05:12 EDT

Washington a dit jeudi s'attendre à ce que Paris contribue à la force en Afghanistan (Isaf) jusqu'en 2014 sous une forme encore à définir, alors que le président français François Hollande a promis de retirer les troupes combattantes de ce pays avant la fin 2012.

A la veille de la première rencontre entre le nouveau dirigeant français et son homologue Barack Obama à la Maison Blanche, le conseiller de sécurité nationale du président américain a noté que M. Hollande "devrait prendre sa décision (sur le retrait) en prenant en compte" ses promesses de campagne.

"Mais nous souhaitons que les alliés prennent leurs décisions dans le contexte d'une alliance générale, qui prévoit que l'Isaf (reste en Afghanistan) jusqu'à la fin de 2014", a ajouté Tom Donilon lors d'un point de presse.

Le cadre actuel de l'Isaf "permet différentes contributions des pays" qui en sont membres, a noté le conseiller de M. Obama, à deux jours de l'ouverture du sommet de l'Otan à Chicago qui doit être largement consacré à l'Afghanistan.

"Ces contributions peuvent comprendre des troupes de combat, et je souligne que la province dans laquelle les Français sont le plus en pointe à l'heure actuelle est une province, Kapisa, où doit se dérouler une transition d'ici à la fin de l'année" aux forces afghanes, a encore expliqué M. Donilon.

D'autres "contributions" peuvent être aussi "d'entraînement et d'assistance, ou d'autres genres de contributions. Et avec les Français, nous aurons de nombreuses discussions sur la direction qu'ils veulent prendre", a ajouté le collaborateur de M. Obama.

"Mais l'idée centrale est que malgré la nature de la contribution, et malgré les décisions que vous prendriez sur le lancement ou le rythme du retrait, vous êtes membres de l'alliance", a-t-il noté: "il est tout à fait normal pour nous d'en discuter" avec M. Hollande.

MM. Obama et Hollande se verront vendredi à partir de 11H00 (15H00 GMT) dans le Bureau ovale, a confirmé par ailleurs M. Donilon. Le président français sera ensuite invité par la secrétaire d'Etat Hillary Clinton à un déjeuner à Blair House, la résidence des invités de marque des Etats-Unis, à 200 mètres de la Maison Blanche.

Le conseiller de M. Obama a rappelé que "les Etats-Unis ont entretenu de très bonnes relations avec le président (Nicolas) Sarkozy" à qui M. Hollande a succédé après l'avoir battu au second tour de la présidentielle française le 6 mai. "Nous allons oeuvrer à construire le même genre de relation avec le président Hollande", a-t-il promis.

M. Hollande va participer à partir de vendredi soir puis samedi au sommet des dirigeants du G8 à Camp David (Maryland, est), avant de se rendre à Chicago (Illinois, nord) pour le sommet de l'Otan.

Ce sommet doit préciser le plan de transfert des responsabilités de sécurité aux forces locales d'ici à la fin 2014, quand les troupes étrangères sont censées s'être retirées.

tq/sj

PLUS:afp