NOUVELLES

Verdict le 31 mai pour 7 islamistes déchus de leur nationalité aux Emirats

16/05/2012 08:35 EDT | Actualisé 16/07/2012 05:12 EDT

La justice émiratie va rendre le 31 mai son verdict dans l'affaire de sept islamistes déchus de leur nationalité et détenus, ont annoncé mercredi une source officielle et leur avocat.

Les sept opposants ont porté plainte contre le ministère de l'Intérieur pour les avoir déchus de leur nationalité émiratie en décembre. Le 9 avril, ils avaient été placés en détention pour séjour illégal dans le pays.

La cour fédérale "prononcera son verdict le 31 mai", a indiqué l'agence Wam.

Interrogé par l'AFP, leur avocat, Me Mohamed al-Roken, a confirmé que le verdict serait prononcé le 31 mai et indiqué n'avoir pas pu rencontrer ses clients depuis leur arrestation.

Les sept hommes font partie de "l'Association pour la réforme et l'orientation sociale", un groupe dans la mouvance des Frères musulmans aux Emirats où les partis politiques sont interdits.

Ils avaient été arrêtés après avoir refusé une décision du ministère de l'Intérieur qui leur avait donné "deux semaines pour obtenir une nouvelle nationalité", selon leur avocat.

Ils avaient alors répliqué qu'ils se considéraient comme citoyens émiratis jusqu'à la fin de leur vie.

Les Emirats arabes unis avaient annoncé le 22 décembre avoir déchu de leur nationalité ces hommes soupçonnés d'être liés à des associations finançant le terrorisme, une mesure extrêmement rare dans ce riche pays.

Par railleurs, Amnesty International a appelé le 9 mai les autorités à libérer Saleh al-Dhufairi, un Emirati arrêté le 29 avril dans une mosquée à Ras al-Khaimah (nord) et dont la famille est sans nouvelles.

Dhufairi, un islamiste, avait déjà été interrogé le 23 avril par le procureur général pour ses commentaires sur Twitter critiquant les services de sécurité de l'Etat.

Amnesty a également appelé à la libération d'un autre islamiste, membre comme Dhufairi de "l'Association pour la réforme et l'orientation sociale", Salim Sahoo, arrêté le 30 avril à Charjah (nord).

La fédération des Emirats arabes unis, un des pays les plus riches du monde, a été épargnée par la vague de contestation populaire qui a secoué le monde arabe.

at/hj

PLUS:afp