Raymond Bachand reconnaît l'impact économique de la grève étudiante

CP  |  Par Publication: Mis à jour: 18/05/2012 08:07

QUÉBEC - Le ministre des Finances, Raymond Bachand, a reconnu mercredi que les manifestations d'étudiants qui dégénèrent ont un impact sur l'activité économique montréalaise.

Après avoir été interpellé en Chambre à ce sujet, M. Bachand a déclaré que ce constat est facile à dresser.

Selon le ministre, la vie économique est affectée quand les manifestations donnent lieu à des dérapages.

À la période des questions, le député François Bonnardel, de la Coalition avenir Québec (CAQ), s'est inquiété des conséquences des perturbations étudiantes sur le tourisme à Montréal et au Québec.

M. Bonnardel a souligné que des médias étrangers ont diffusé des images des manifestations, ce qui pourrait nuire à l'industrie touristique.

M. Bachand s'est dit préoccupé par la situation mais il n'a pas pu chiffrer les pertes liées aux perturbations, comme le lui demandait M. Bonnardel.

En sortant du Salon bleu, lors d'un point de presse, M. Bachand n'a pas voulu dire si le gouvernement pourrait tenter de juguler les impacts financiers sur l'économie montréalaise.

«La majorité des gens qui manifestent pacifiquement, il n'y a pas de problème, mais quand ça dégénère constamment en manifestation illégale et en violence, bien sûr ça peut affecter la vie économique, a-t-il dit. Ce n'est pas de la sorcellerie de conclure ça.»

En Chambre, M. Bonnardel a évoqué les impacts des perturbations étudiantes, qui ont surtout frappé Montréal au cours des 13 dernières semaines.

«Le conflit étudiant dure depuis maintenant 94 jours et ses impacts financiers et économiques sont énormes pour le Québec mais surtout pour la métropole, Montréal: coût astronomique pour la sécurité publique, des commerçants qui voient leur chiffre d'affaires baisser, des blocus qui paralysent l'activité économique, des ponts ont été bloqués, les entrées du port de Montréal ont aussi été bloquées, fermeture du métro de Montréal», a-t-il dit.

Le député a aussi rappelé un récent avis du consulat des États-Unis à Montréal, qui recommande aux touristes et ressortissants américains d'éviter les zones de manifestations.

«Qu'est-ce que le gouvernement entend faire pour corriger l'image négative que crée la crise étudiante pour l'industrie touristique?», a-t-il demandé.

L'Association des restaurateurs du Québec (ARQ) a affirmé que les manifestations entraînent certainement un déplacement de la clientèle.

Le vice-président aux affaires publiques et gouvernementales François Meunier a expliqué que les restaurants du centre-ville de Montréal ressentent les effets des manifestations.

«Quand vous avez des manifestations à tous les soirs, c'est sûr que vous avez une certaine partie de la clientèle que ça va effrayer, a-t-il dit. Ils vont à ce moment-là fréquenter les restaurants en banlieue ou dans leur quartier.»

Suivre Le HuffPost Québec

Publié par Jean-Philippe Cipriani  |