NOUVELLES

L'Italie promet d'aider les familles des immigrés tunisiens disparus à obtenir des informations

16/05/2012 09:46 EDT | Actualisé 16/07/2012 05:12 EDT

Le président italien Giorgio Napolitano a promis d'"aider les familles" des immigrés tunisiens disparus en mer alors qu'ils tentaient de rallier l'île italienne de Lampedusa à "obtenir des informations" sur leur sort, en évoquant ce "drame" mercredi à Tunis.

"Nous comprenons le drame des familles angoissées par la perte de leurs proches, et nous voulons aider ces familles à obtenir des informations sur leur sort", a déclaré M. Napolitano, à l'issue d'une rencontre avec son homologue tunisien Moncef Marzouki.

Face au flux d'immigrants clandestins, l'Italie "donne la priorité au sauvetage des vies humaines", a-t-il ajouté.

Arrivé mercredi en Tunisie pour une visite de deux jours, M. Napolitano a rencontré dans la matinée des familles de jeunes Tunisiens disparus, un geste dont M. Marzouki s'est dit "très touché".

"C'est la misère qui a poussé ces gens à traverser la mer", a déclaré le président tunisien lors de la conférence de presse commune, évoquant un "dossier extrêmement douloureux".

En 2011, plus de 48.000 Tunisiens et immigrants d'Afrique sub-saharienne sont arrivés dans le sud de l'Italie, après avoir versé à des passeurs d'importantes sommes pour monter à bord de bateaux de fortune. La plupart arrivent à Lampedusa, île de 20 km2 située à moins de cent kilomètres des côtes nord-africaines.

Des milliers d'immigrants se sont noyés lors de la traversée.

M. Napolitano a promis l'aide de son pays pour "améliorer la situation économique de la Tunisie" et a appelé au "renforcement de la coopération entre les deux rives de la Méditerranée".

L'Italie est le deuxième partenaire commercial de la Tunisie. Les échanges entre les deux pays s'élèvent à plus de 5 milliards d'euros annuels.

M. Marzouki a pour sa part souhaité la relance de l'Union pour la Méditerranée (UpM), organisation créée en juillet 2008 qui compte 43 membres dont les pays de l'Union européenne, la Turquie, Israël et les pays arabes riverains de la Méditerranée.

ms-cf/sd

PLUS:afp