NOUVELLES

Le Canada est maintenant confronté à un premier match sans lendemain

16/05/2012 03:23 EDT | Actualisé 16/07/2012 05:12 EDT

HELSINKI - La pression était au rendez-vous, mais on n'en voyait aucun signe manifeste.

Le Canada a amorcé sa préparation en vue des rondes éliminatoires du championnat mondial de hockey, mercredi, mais il l'a fait dans une atmosphère calme et détendue à l'aréna Hartwall. Les joueurs canadiens ont eu droit à une légère séance d'entraînement en vue du match des quarts finale qu'ils disputeront aux Slovaques, jeudi.

Malgré cela, ils ont quand même relevé leur niveau de détermination d'un cran. Après tout, il s'agira de leur premier match sans lendemain du tournoi.

«Tu veux que les gens au Canada soient fiers, a noté le gardien Cam Ward. Tu as l'impression que tout le pays va être devant l'écran et tu ne veux pas les laisser tomber. Il y a beaucoup de pression, mais c'est une pression qui doit t'amener à donner ton meilleur niveau de jeu.»

C'est là une théorie qui sera certainement mise à l'épreuve face à la Slovaquie.

Les Slovaques n'auront rien à perdre, ayant déjà atteint leur but avoué, soit d'assurer leur place aux Jeux olympiques de 2014. C'est chose faite depuis qu'ils se sont qualifiés pour les rondes éliminatoires du championnat mondial. Tout ce qui arrivera maintenant sera un boni.

«C'est une bonne sensation, a reconnu le capitaine Zdeno Chara. (La qualification olympique) était quelque chose de très important pour la Slovaquie, pour les gens de chez nous et, évidemment, pour le hockey au pays. Mais notre travail n'est pas terminé.

«C'est un match, tout peut arriver.»

Le Canada entreprendra la rencontre à titre de favori, mais il aura plusieurs raisons de se méfier de son adversaire. Les Slovaques ont été avares dans l'affrontement entre les deux équipes plus tôt au cours du tournoi — les Canadiens ont récolté une victoire serrée de 3-2 —, puis ils ont complété le tournoi rotation en signant cinq victoires d'affilée.

Essentiellement, les quarts de finale sont la ronde charnière du championnat du monde. Une victoire et on sauve la face puisqu'on se rendra ensuite au moins jusqu'en finale pour le bronze. Mais une défaite et c'est fini, et il faut retourner à la maison avec l'impression d'avoir failli à la tâche.

C'est du moins de cette manière qu'on voit les choses du côté de la formation canadienne, qui cherchera à racheter le fait qu'elle a été éliminée à ce stade de la compétion ces deux dernières années.

En même temps, les joueurs canadiens étaient de bonne humeur, mercredi, puisqu'ils ont remporté six de leurs sept matchs du tournoi rotation et marqué plus de buts que quiconque, cette année.

C'est d'ailleurs pourquoi l'entraîneur Brent Sutter avait un message fort simple à leur livrer: jouez. Tout simplement, jouez au hockey.

«Ce sera un défi et nous aurons hâte de le relever, a commenté Sutter. Il ne sert à rien d'être nerveux. Allons simplement jouer. Il s'agit de continuer à jouer comme nous l'avons fait jusqu'ici.

«Car nous avons joué du bon hockey jusqu'ici», a dit l'entraîneur de son équipe qui est très jeune, mais a montré une belle profondeur.

«Nous sommes concentrés, nous sommes fébriles et nous avons hâte d'entreprendre le match», a dit l'attaquant Patrick Sharp.

PLUS:pc