NOUVELLES

JO-2012 - Où en est Teddy Tamgho?

16/05/2012 07:30 EDT | Actualisé 16/07/2012 05:12 EDT

Absent des sautoirs depuis 10 mois, en difficulté dans le privé pour des violences sur une athlète qui l'amèneront devant la justice en septembre, la star française du triple saut Teddy Tamgho entretient le flou sur son état de forme, alors que les JO approchent.

A partir de vendredi, il pourra sauter officiellement, puisque sa suspension de six mois dans cette affaire de violences se termine le 18 mai.

Mais les sautoirs d'Aix-les-Bains, où se déroule la finale des interclubs pour laquelle son club du CA Montreuil est qualifié, ne verront pas le recordman du monde en salle (17,92 m), pas plus que ceux du meeting de Montreuil, près de Paris, le 5 juin.

"Il a encore besoin de temps", avance le Directeur technique national (DTN) Ghani Yalouz, en contact régulier avec lui.

Tamgho pourrait sauter, enfin, aux championnats de France d'Angers (15-17 juin). "Moi, j'ai envie qu'il saute, mais pas dans la précipitation. Ca dépendra de lui, de ses sensations, c'est quelqu'un de sage", ajoute Yalouz.

Tamgho s'entraîne actuellement à l'Insep, près de Paris.

Depuis sa sortie médiatique en musique à l'approche de Noël, où il vilipendait à coups de rap les journalistes qui ont relayé ses soucis extra-sportifs, Tamgho reste muet devant les médias.

De plus en plus isolé - il n'a plus d'équipementier depuis le retrait d'Asics - il communique en revanche beaucoup via les réseaux sociaux sur internet, avec quelques amis, des proches, dont il semble incapable de s'affranchir.

Il parle de sa forme, d'abord. Victime d'une fracture de l'articulation tibio-astragalienne droite qui l'a privé des Mondiaux l'été dernier, il assure travailler dur.

"On est mercredi n'est-ce pas? Ben j'ai déjà le corps en compote de pomme", écrivait-il sur Facebook il y a deux semaines, suggérant de fortes doses d'entraînement.

Mais transparaît également l'attitude immature d'un grand enfant de 22 ans, critique, taquin et parfois méchant.

Au lendemain d'un article du JDD le concernant, Tamgho attaque: Michel Jazy, deuxième du 1500 m des jeux Olympiques de Rome en 1960 et président d'honneur de son club, lui reproche de ne pas l'avoir salué lors du dernier meeting? "Tonton avant de te dire bonjour il faut que je te connaisse lol", écrit-il.

Il reproche aussi aux médias qui évoquent sa "cheville non consolidée" de n'avoir "pas vu les radios".

"Le problème ne concerne pas la consolidation, qui s'est bien faite, abonde le Dr Jean-Michel Serra, médecin des équipes de France. Il s'agit plutôt de la zone articulaire et c'est toujours plus compliqué que quand c'est un os. On est dans le haut niveau, donc dans le détail. Si Teddy était un footballeur, il aurait déjà repris sans problème. Mais le triple saut, ce sont des gestes techniques particuliers, cela pose un souci lors des appuis au moment du rebond".

Tamgho peut donc s'entraîner dur, mais la répétition des sauts lui est douloureuse.

"Nous allons revoir le chirurgien en fin de semaine ou début de la prochaine. Il y a plusieurs voies envisageables (physiothérapie, laser) pour désenflammer. Une nouvelle intervention chirurgicale n'est plus possible avant les JO, a poursuivi le Dr Serra. Mais ce sera lui, de toute façon, qui donnera son ressenti en dernier lieu".

Tamgho a effectivement besoin de temps. Mais saura-t-il en profiter, aussi, pour prendre les bonnes décisions?

fbr/gv

PLUS:afp