NOUVELLES

Israël: hausse de l'exploitation de gaz sous-marin par Noble Energy

16/05/2012 03:05 EDT | Actualisé 16/07/2012 05:12 EDT

Le géant américain Noble Energy a annoncé mercredi qu'il allait relier deux petits gisements sous-marins de gaz à son réseau d'exploitation au large des côtes israéliennes pour tenter de compenser l'arrêt de la fourniture de gaz égyptien.

Israël produit actuellement 40% de son électricité à partir de gaz naturel et jusqu'à l'an dernier, l'Egypte assurait 43% de sa fourniture de gaz.

Mais les livraisons ont été interrompues à plusieurs reprises depuis la chute de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak en février 2011 et en avril, l'Egypte a annulé son accord avec la compagnie égyptienne qui exporte le gaz vers Israël.

Israël se prépare donc à une possible pénurie d'électricité cet été, et cherche à y remédier. L'Etat hébreu a déjà dû recourir au charbon et au fioul pour produire de l'électricité, des sources d'énergie plus chères et plus polluantes.

Noble Energy a foré les gisements de Noa et Pinnacle, au sud du port de Haïfa, et prévoit de les relier par des gazoducs à la plate-forme voisine de Mari-B, où Noble exploite la réserve de gaz "Yam Tethys", actuellement en déclin.

"Cela permettra de faire augmenter de façon significative la fourniture de gaz", a assuré à l'AFP Benjamin Zomer, directeur des affaires générales de Noble Energy, sans donner de chiffres.

Les réserves de Yam Tethys "sont en déclin actuellement car nous avons exploité ce gisement de façon plus intensive en raison de l'absence de gaz égyptien", a-t-il ajouté.

Les gisements de gaz sous-marins au large des côtes israéliennes, sur lesquelles l'Etat hébreu compte pour limiter sa dépendance énergétique, sont exploités par un consortium constitué de compagnies locales et de l'américain Noble Energy.

En 2010, Israël a découvert les plus importantes réserves sous-marines mondiales de gaz depuis dix ans au large de sa côté septentrionale, provoquant un contentieux avec le Liban qui affirme que les gisements se trouvent dans ses eaux territoriales.

sah-dms/fc

PLUS:afp