Huffpost Canada Quebec qc

Autre journée de manifs à Montréal pour dénoncer les injonctions

Publication: Mis à jour:
MANIFESTATION ETUDIANTE
AP

MONTRÉAL - La tension ne fléchit pas dans le conflit étudiant: mercredi matin, des manifestants souvent masqués ont pris d'assaut le pavillon Judith-Jasmin de l'Université du Québec à Montréal (UQAM).

Les contestataires étaient venus dénoncer les injonctions forçant la reprise des cours pour les étudiants en droit.

Les manifestants s'étaient donné rendez-vous vers 9 h 30 à la place Émilie-Gamelin. Une centaine de manifestants a réussi à investir les lieux, scandant «Scab! Scab!». Par la suite jusqu'à 300 personnes se sont massées pour chahuter à l'intérieur de l'université.

Des graffitis représentant des flèches rouges ont été dessinés sur les murs de l'université. Elles indiquaient les directions à prendre pour accéder aux locaux où des étudiants, opposés à la grève, devaient assister à leurs cours.

À plusieurs reprises, des journalistes ont été chahutés. Une tentative de vol d'équipement s'est produite sur un journaliste de la station 98,5 FM, et plusieurs autres journalistes ont été intimidés.

Presque tous les étudiants ont quitté la salle de cours, à l'exception de quelques-uns qui ont tenu tête aux manifestants dans des échanges plutôt musclés. L'enseignant a décidé de quitter les lieux après une dizaine de minutes d'empoignade, selon ce qu'a pu constater un journaliste de La Presse Canadienne sur place.

En après-midi, le Service de police de la ville de Montréal confirmait toujours que l'occupation des lieux se poursuivait. Aucune arrestation n'a eu lieu, mais en raison des nombreux méfaits commis, des enquêtes sont en cours. D'éventuelles arrestations ne sont pas exclues.

Le passage des étudiants était manifeste à l'intérieur: tables renversées, graffitis et divers méfaits matériels.

Des manifestants ont bousculé les étudiants en droit, leur criant des insultes à proximité du visage. Un des protestataires a également pris une étudiante par le bras, la forçant à quitter les lieux.

À Longueuil, le directeur général du cégep Edouard-Montpetit, Serge Brasset, a confirmé la levée des cours pour le jeudi 17 mai. Les employés doivent toutefois se présenter au travail et ils seront les seuls à avoir accès aux lieux.

Dans les cégeps, les cours réguliers ont été suspendus pour la journée de mercredi au Collège de Bois-de-Boulogne, dans le nord de Montréal. La direction du collège a pris cette décision peu après 8 h, après avoir constaté la présence de manifestants devant les entrées principales de l'institution.

Au cégep Ahuntsic, les étudiants réunis en assemblée générale ont quant à eux décidé de poursuivre les moyens de pression et ont adopté la reconduction de la grève dans une proportion de 53 pour cent. Par contre, les cours aux étudiants visés par l'injonction et ceux en soins infirmiers étaient maintenus.

Sur le web

Grève étudiante québécoise de 2012 - Wikipédia

Grève étudiante: manifestation en appui aux personnes arrêtées ...

Grève étudiante: manifestation à Trois-Rivières | Cyberpresse

Grève étudiante : manifestation pacifique à Montréal | Montréal ...

Grève étudiante: quelques centaines de personnes se dénudent ...

Grève étudiante - Le Journal de Montréal

Grève étudiante : 7e manifestation nocturne à Montréal | Grands ...

La grève étudiante menace-t-elle le tourisme ?

Manifestation: cours de droit annulés à l'UQAM

Grève étudiante: un conflit montréalais

Manifestation étudiante: les Desmarais minimisent leur influence

Grève étudiante Sixième manifestation nocturne à Montréal

Ces étudiants qui disent non au conflit

La CLASSE prête à négocier si les droits de scolarité sont sur la table

Grève étudiante: pertubations à Lionel-Groulx