NOUVELLES

Barack Obama a levé 43 millions de dollars en avril pour sa réélection

16/05/2012 09:55 EDT | Actualisé 16/07/2012 05:12 EDT

Barack Obama a levé 43 millions de dollars en avril pour financer sa campagne de réélection en novembre, soit 10 millions de moins qu'en mars, a annoncé mercredi son équipe en appelant à contrer l'argent des entreprises que reçoivent selon elle les républicains.

Le directeur de campagne du président démocrate sortant, Jim Messina, a souligné que plus de 437.000 personnes avaient fait une contribution en avril et que le montant moyen des dons était d'un peu plus de 50 dollars, un chiffre stable par rapport au mois précédent.

M. Messina a insisté sur les dons en provenance des particuliers et noté que 98% des contributions étaient inférieures à 250 dollars. En revanche, selon lui, les républicains mobilisent massivement de l'argent des entreprises pour faire campagne contre le président sortant et défendre leur champion, Mitt Romney.

Il a évoqué à cet effet les groupements d'intérêt appelés "super-PACs" ("super comités d'action politique"), "qui peuvent lever et dépenser des montants illimités", au terme d'une décision de la Cour suprême de début 2010.

"Le Super-PAC financé par les frères Koch (des magnats de la pétrochimie) a dépensé six millions de dollars en publicités télévisées pour attaquer le président", a affirmé M. Messina. "Le Super-PAC de Mitt Romney en a dépensé quatre de plus".

Même si M. Obama a donné son feu vert, à contrecoeur, à un "Super-PAC" bénéficiant à sa campagne, il est lancé dans une course aux fonds pour remplir les coffres de son opération en vue de l'élection du 6 novembre, notamment lors de réunions avec de riches donateurs.

Rien que jeudi dernier, il a ainsi rassemblé plus de 18 millions de dollars lors d'une tournée sur la côte Ouest des Etats-Unis, à Seattle et surtout à Hollywood, où un dîner chez l'acteur George Clooney a rapporté 15 millions de dollars à sa campagne, un record pour un seul événement.

Ces fonds sont cruciaux car ils permettent de financer les déplacements de campagne et d'acheter des espaces publicitaires. Les candidats restent libres d'opter pour un financement public, mais leur budget est dans ce cas plafonné.

tq/sam

PLUS:afp