NOUVELLES

Bahreïn proteste contre des déclarations de parlementaires iraniens

16/05/2012 02:56 EDT | Actualisé 15/07/2012 05:12 EDT

Manama a dénoncé comme une "ingérence" dans ses affaires internes des déclarations de parlementaires iraniens sur un projet d'union saoudo-bahreïnie, et convoqué le chargé d'affaires iranien à ce sujet, ont rapporté mercredi les médias officiels.

Le chargé d'affaires d'Iran à Bahreïn a été convoqué mardi au ministère des Affaires étrangères où il s'est vu remettre une lettre de protestation, selon l'agence officielle Bna.

Manama a dénoncé comme "une flagrante ingérence dans ses affaires internes" les déclarations des élus iraniens, citant notamment le président du Parlement Ali Larijani.

Dans un communiqué, le ministère bahreïni des Affaires étrangères a qualifié ces déclarations d'"atteinte à l'indépendance et à la souveraineté" du royaume de Bahreïn, dont les relations sont très tendues avec Téhéran.

La tension s'est accentuée après le déploiement en 2011 de forces saoudiennes à Bahreïn pour défendre la dynastie sunnite face à un mouvement de révolte de la majorité chiite, accusée d'être soutenue par l'Iran.

Lundi, l'agence iranienne Mehr avait rapporté que quelque 190 des 290 députés du Parlement iranien avaient "condamné" un projet d'union entre l'Arabie saoudite et Bahreïn envisagé dans le cadre d'un rapprochement entre les monarchies arabes du Golfe.

"Les dirigeants saoudiens et bahreïnis doivent savoir que cela va renforcer l'unité du peuple bahreïni face aux forces d'occupation" saoudiennes, avaient averti les élus iraniens dans une lettre, au moment où le projet d'union était évoqué par les voisins arabes de l'Iran lors d'un sommet à Ryad.

Mardi, Téhéran a répété que ce projet d'union pourrait aggraver la crise à Bahreïn, faisant fi des avertissements de l'Arabie saoudite qui lui avait demandé de ne pas s'immiscer dans ses relations avec Manama.

bur/tm/vl

PLUS:afp