NOUVELLES

Au moins 11 morts dans la répression et des combats en Syrie

16/05/2012 07:23 EDT | Actualisé 16/07/2012 05:12 EDT

Au moins 11 personnes dont deux enfants ont été tuées mercredi notamment dans les provinces d'Idleb (nord-ouest) et de Deraa (sud) par des tirs des troupes syriennes et dans des combats, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

A Khan Cheikhoune (Idleb), cinq personnes, dont trois rebelles et un enfant ont été tués par des tirs d'artillerie lourde de l'armée qui bombardait cette ville, selon l'ONG basée en Grande-Bretagne.

"Nous n'avons pas fermé l'oeil de la nuit", affirme à l'AFP Abou Hammam, un militant anti-régime sur place. "Les gens dans les zones bombardées ont si peur qu'ils ont tenté de s'enfuir vers des endroits plus sûrs de la ville.

"Au centre de presse (des militants), nous avons dû nous enfuir aussi car les bombardements se rapprochaient de nous", a indiqué l'opposant contacté par téléphone.

C'est dans cette ville qu'un convoi d'observateurs de l'ONU a été visé mardi par une attaque alors qu'ils étaient à proximité de funérailles, elles-mêmes cible d'un raid des forces gouvernementales qui a fait plus de 20 morts, selon l'OSDH qui a parlé de "massacre".

Selon Abou Hammam, six observateurs, du Yémen, du Brésil, du Bangladesh, du Danemark, du Maroc et des Pays-Bas, ont été évacués mercredi de la ville après y avoir passé la nuit, leur véhicule ayant été "endommagé par l'explosion".

Ils ont "vu la mort de leurs propres yeux", commente le militant.

L'opposition syrienne a accusé le régime de l'attaque contre l'ONU.

"Ils sont restés avec nous. Ils nous ont demandé si nous pouvions les emmener dans un endroit sûr hors de Khan Cheikhoune, mais ce n'était pas possible car la ville est encerclée par les troupes du régime", a indiqué Abou Hammam.

"L'ONU leur a envoyé des véhicules hier mais ils avaient très peur d'entrer en raison des bombardements", dit-il.

Ailleurs dans le pays, selon l'OSDH, les forces gouvernementales ont tiré à la mitrailleuse lourde contre un camp à Deraa qui abrite des réfugiés palestiniens ainsi que des Syriens déplacés du plateau du Golan, occupé et annexé par Israël.

Trois personnes dont une enfant y ont péri et un quatrième civil a été grièvement blessé, a précisé l'ONG.

Ailleurs dans la province de Deraa, un jeune homme a été tué par des tirs lors d'une campagne d'arrestations menées par les forces du régime de Bachar al-Assad à Mleiha al-Atch, a ajouté l'OSDH.

Dans la région de Homs (centre), un civil a été tué dans les bombardements sur la ville rebelle de Rastane que les forces du régime tentent en vain de reprendre depuis des mois. "La ville est bombardée avec en moyenne un obus chaque deux minutes", selon l'ONG. Le 14 mai, 23 soldats ont été tués lors d'une tentative d'assaut.

Et des combats ont éclaté entre troupes gouvernementales et rebelles à Latamné dans la province de Hama (centre) lors d'une tentative d'incursion dans ce village. Les rebelles ont mis la main sur trois véhicules des forces de sécurité qui se sont retirées, selon l'ONG.

Alors que la révolte entre dans son 15e mois, les violences ne montrent aucun signe de répit malgré la présence de plus de 200 observateurs de l'ONU chargés de surveiller un cessez-le-feu proclamé il y a plus d'un mois mais violé tous les jours. Mardi, au moins 68 personnes, en majorité des civils, ont été tuées à travers le pays.

ram-ser/hj

PLUS:afp