NOUVELLES

Washington salue le "nouveau débat sur la croissance en Europe"

15/05/2012 09:30 EDT | Actualisé 15/07/2012 05:12 EDT

Les Etats-Unis ont salué mardi le "nouveau débat sur la croissance en Europe" à l'heure où le président français fraîchement investi, François Hollande, dit vouloir proposer à ses partenaires européens de stimuler davantage l'activité.

"Nous devrions accueillir favorablement ce nouveau débat sur la croissance en Europe", a déclaré le secrétaire au Trésor Timothy Geithner lors d'une conférence publique à Washington.

Les Européens "sont mieux outillés [qu'ils ne l'étaient il y a quelque temps] pour gérer la crise", a noté M. Geithner.

"On les voit parler d'améliorer l'équilibre entre la croissance et l'austérité, ce qui signifie l'ouverture d'une voie un peu plus douce et graduelle pour revenir à des finances publiques viables", a ajouté le ministre des Finances américain, pour qui une réduction trop rapide des dépenses publiques porte en elle le risque d'entraîner une "spirale négative pour la croissance".

Il y a aussi, a-t-il relevé, "des discussions assez importantes en vue de mettre en place des investissements publics à long terme dans les infrastructures, précisément dans les pays qui font face aux défis de croissance les plus difficiles".

"Ces aspects du débat plus large que l'on voit sur la croissance sont bienvenus et encourageants, mais la route est encore longue pour" les Européens, et ceux-ci "doivent s'assurer qu'ils peuvent convaincre le monde de leur capacité à maîtriser ces défis" afin de "diminuer les risques qui pèsent sur les économies du reste du monde et des Etats-Unis", a encore dit M. Geithner.

Interrogé sur les nouveaux rebondissements de la crise en Grèce et l'éventualité que ce pays sorte de la zone euro, M. Geithner a estimé que "l'Europe dans son ensemble [avait] tout intérêt à faire tout ce qu'il faut pour que l'union monétaire fonctionne".

M. Hollande, qui a pris ses fonctions à la tête de la République française mardi devait rencontrer dans la soirée à Berlin la chancelière allemande Angela Merkel, dont il a critiqué la politique d'austérité face à la crise dans la zone euro.

Dans son allocation d'investiture M. Hollande a déclaré vouloir "ouvrir une voie nouvelle en Europe". "A nos partenaires, je proposerai un nouveau pacte qui alliera la réduction nécessaire des dettes publiques avec l'indispensable stimulation de l'économie", a-t-il dit.

mj/mdm

PLUS:afp