NOUVELLES

USA: le président de la Chambre prépare une nouvelle bataille sur la dette

15/05/2012 04:59 EDT | Actualisé 15/07/2012 05:12 EDT

Le président républicain de la Chambre des représentants, John Boehner, a jeté mardi les bases d'une nouvelle confrontation avec les démocrates autour du prochain relèvement du plafond de la dette américaine, prévu en fin d'année.

"Le moment venu, j'insisterai encore pour que les réductions des dépenses soient plus fortes que l'augmentation du plafond de la dette", a affirmé mardi John Boehner lors d'un discours devant le cercle de réflexion de la Fondation Peter G. Peterson.

"C'est le seul moyen que je vois maintenant pour obliger les responsables de ce pays à résoudre notre problème budgétaire", a-t-il ajouté avant de préciser: "Nous pouvons faire les réductions budgétaires audacieuses et les réformes nécessaires".

Le relèvement du plafond de la dette américaine, qui doit être approuvé par le Congrès, avait fait l'objet d'une immense bataille parlementaire l'été dernier, qui avait occasionné des journées et des nuits entières de négociations.

Un accord avait été conclu à la dernière minute pour empêcher l'Etat fédéral de se retrouver en défaut de paiement. Le texte prévoyait un relèvement d'environ 2.100 milliards de dollars, c'est-à-dire de quoi tenir jusqu'en 2013, soit après les élections.

La dette américaine, qui atteignait alors 14.294 milliards de dollars, a grimpé à 15.632 milliards de dollars aujourd'hui.

L'épisode avait été suivi d'un abaissement d'un cran de la note des Etats-Unis par l'agence d'évaluation financière Standard and Poor's. Leur note "AAA", la meilleure possible, avait été ramenée à "AA+".

"Seul le Congrès, bien sûr, peut agir pour relever le plafond de la dette. Et j'espère qu'il le fera cette fois-ci sans drame ni douleur, et sans les dégâts qu'il a infligés au pays en juillet dernier", a averti mardi le secrétaire au Trésor Timothy Geithner.

Face aux exigences de réductions de dépenses des républicains, les démocrates se refusent à voir certains programmes sociaux amputés.

M. Boehner en a également profité pour critiquer la politique budgétaire de Barack Obama. "Je pense que le président Obama s'intéresse au sort de ce pays et il sait quelle est la bonne la chose à faire", a dit M. Boehner. Mais, il a ajouté: "La différence entre savoir ce qui est bon et le faire est le courage. Et le président, je suis désolé de le dire, a perdu le sien".

La fin de l'année correspond aussi à l'arrivée à échéance d'allègements fiscaux que les républicains veulent reconduire. M. Boehner a affirmé mardi dans son discours que "toute augmentation d'impôts aurait un impact sur l'économie donc cet automne, avant l'élection, la Chambre des représentants va voter pour barrer la route à la plus grande augmentation d'impôts de l'histoire américaine".

Au Sénat, le chef de la majorité démocrate, Harry Reid, a réagi mardi en assurant que "les Américains en ont assez de cette stratégie de la corde raide. Ils veulent que nous accomplissions des choses. Et il est plutôt clair que la direction donnée par le (mouvement ultraconservateur du) +Tea party+ au parti républicain les conduit droit dans le mur".

emp/lor

PLUS:afp