NOUVELLES

Québec: la nouvelle ministre de l'Education a rencontré les étudiants

15/05/2012 08:59 EDT | Actualisé 15/07/2012 05:12 EDT

La nouvelle ministre québécoise de l'Education Michelle Courchesne a rencontré mardi soir à Québec les dirigeants étudiants pour "rouvrir les canaux de communication" dans le conflit sur les frais de scolarité, vieux de quatorze semaines.

Il ne s'agissait pas d'une nouvelle négociation au lendemain de la démission de sa prédécesseur Line Beauchamp, même si les responsables étudiants ont indiqué à l'issue de la rencontre avoir proposé à nouveau un moratoire sur la hausse, une solution provisoire que le gouvernement rejette avec constance.

Mme Courchesne "était à l'écoute" et devrait maintenant faire un rapport au Premier ministre Jean Charest et au conseil des ministres prévu mercredi, puis reprendre contact avec ses interlocuteurs, ont ajouté les étudiants.

La ministre n'a pas voulu commenter l'entretien. Selon les dirigeants des quatre organisations estudiantines qui y ont participé, elle leur avait indiqué que pour le gouvernement l'annulation du semestre désorganisé par la grève de quatorze semaines "n'était pas envisageable".

Elle a jugé aussi que les injonctions judiciaires - obtenues par des étudiants non grévistes pour imposer la reprise des cours et ayant causé parfois des heurts entre les grévistes et la police - "n'étaient pas une solution" pour mettre fin au conflit.

La dernière offre du gouvernement - massivement rejetée par les 165.000 étudiants grévistes lors de leurs assemblées générales - prévoyait une augmentation des droits de scolarité à l'université de 1.780 dollars sur sept ans, au lieu de cinq ans initialement, pour arriver à près de 4.000 dollars par an, plus près de la moyenne nord-américaine.

En contrepartie, les prêts et bourses augmenteraient également et les frais annexes imposés aux étudiants par les universités pourraient être réduits, mais sans que cela soit assuré.

via/gde

PLUS:afp