NOUVELLES

Plus de 20 blessés lors des manifestations palestiniennes pour la "Nakba"

15/05/2012 03:19 EDT | Actualisé 15/07/2012 05:12 EDT

Une vingtaine de Palestiniens et sept militaires israéliens ont été blessés mardi lors de heurts pour les manifestations de la "Nakba" commémorant la création d'Israël et l'exode de 760.000 Palestiniens, selon des sources médicales et militaires.

Les affrontements se sont déroulés à plusieurs barrages israéliens près de Ramallah, en Cisjordanie, et à Jérusalem-Est annexé. Les manifestants lançaient des pierres aux gardes-frontières israéliens qui tiraient des grenades lacrymogènes et des balles caoutchoutées, selon des journalistes de l'AFP.

Quinze manifestants ont été blessés par des balles caoutchoutées près de la prison militaire israélienne d'Ofer et deux au barrage de Qalandia en direction de Jérusalem, selon des sources hospitalières palestiniennes.

Sept militaires israéliens ont été légèrement blessés, a indiqué à l'AFP un porte-parole de l'armée israélienne.

Une dizaine de Palestiniens ont été arrêtés à Issaouyé et Silwan, dans le secteur oriental de Jérusalem, à la suite de jets de pierres, a indiqué une porte-parole de la police.

Trois policiers ont été légèrement blessés, a-t-elle précisé.

"Il y a 64 ans (1948, année de la création de l'Etat d'Israël, NDLR), la société florissante et la riche culture d'une nation étaient forcés à l'exil et à l'expulsion de masse", a affirmé dans un communiqué le négociateur palestinien Saëb Erakat, soulignant que "près de 70% des Palestiniens" avaient ainsi été forcés à l'exil.

"Aujourd'hui, la communauté internationale a la responsabilité morale de réparer ce qui a été fait en mettant fin à l'impunité d'Israël et en réalisant les aspirations légitimes du peuple palestinien à l'autodétermination, à l'indépendance et au retour, conformément au droit international et aux résolutions de l'ONU", a-t-il ajouté.

Une grève générale a été observée dans les Territoires palestiniens tandis qu'une marche de milliers de personnes s'est tenue dans les rues de Gaza, organisée par le mouvement islamiste Hamas.

Des rassemblements similaires se sont tenus à Naplouse et Hébron, respectivement dans le nord et le sud de la Cisjordanie.

Les manifestants célébraient également l'accord conclu lundi entre les détenus palestiniens d'Israël et l'administration pénitentiaire pour lever une grève de la faim massive en prison.

Dans le nord d'Israël, un millier d'Arabes israéliens, descendants des quelque 160.000 Palestiniens restés sur leur terre à la création d'Israël, ont défilé dans la ville d'Oumm al-Fahem. Cette communauté compte actuellement 1,55 million de personnes, soit 20,4% de la population israélienne.

"Les forces de la police, en coordination avec l'armée et les gardes-frontières, se sont déployées dans les secteurs sensibles, et nous espérons que tout se passera dans le calme", a annoncé le porte-parole de la police israélienne, Micky Rosenfeld.

La "Nakba" ("catastrophe" en arabe) s'est traduite par l'exode d'environ 760.000 Palestiniens, point de départ de la question des réfugiés, actuellement au nombre de près de 5 millions avec leurs descendants (sur 11 millions de Palestiniens dans le monde), répartis pour l'essentiel entre la Jordanie, la Syrie, le Liban et les Territoires palestiniens.

bur-mib-sst-dms/vl

PLUS:afp