NOUVELLES

L'ONU s'inquiète du manque de fonds pour soutenir la transition en Somalie

15/05/2012 12:53 EDT | Actualisé 15/07/2012 05:12 EDT

Les Nations unies s'inquiètent du manque de fonds pour soutenir la transition politique en Somalie d'ici la date butoir du 20 août pour former un nouveau gouvernement, a indiqué mardi un haut responsable de l'ONU.

"L'insuffisance du financement pour appliquer la feuille de route dans les trois mois qui restent est un motif de grave inquiétude pour nous tous", a souligné le représentant spécial de l'ONU pour la Somalie, Augustine Mahiga, devant le Conseil de sécurité.

Il a déploré que l'appel de fonds pour l'aide à la Somalie "soit encore largement sous-financé", alors que la situation "reste fragile". Il a également souligné que l'une des priorités serait de mettre en place des infrastructures et services publics de base dans les territoires arrachés au contrôle des insurgés islamistes shebab.

Saluant la contribution financière des Etats-Unis et de l'Union européenne (UE) à la Force de l'Union africaine en Somalie (Amisom), M. Mahiga a "encouragé d'autres Etats membres à se joindre à ces efforts louables". Le Conseil de sécurité a approuvé en février une forte augmentation des effectifs et du budget de l'Amisom afin de lui permettre de combattre plus efficacement les shebab.

Cet appel à partager le fardeau a été relayé par les représentants américain et européens au Conseil. "Nous invitons instamment tous les pays membres, et notamment de nouveaux bailleurs de fonds, à soutenir les Somaliens", a déclaré l'ambassadrice américaine à l'ONU, Susan Rice.

Mais ce soutien "ne doit pas être tenu pour acquis", a-t-elle averti. "Il incombe en premier lieu aux dirigeants somaliens (...) d'établir une base solide pour la paix et la stabilité".

"Il nous faut certes renforcer notre action (...) mais il appartient également aux autorités somaliennes de faire leur part de l'effort", a estimé l'ambassadeur français Gérard Araud, pour qui la Somalie "a besoin d'un sursaut" pour tenir les délais. Il a invité d'autres pays membres à "appuyer aux côtés de l'Union européenne la prise en charge des soldats de l'Amisom", dont l'UE finance entièrement les soldes à hauteur de 200 millions de dollars par an.

Le président somalien Sharif Cheikh Ahmed avait auparavant exhorté le Conseil "à redoubler d'efforts pour nous aider à franchir l'étape actuelle dans les délais (..) afin de ne pas favoriser un retour à l'anarchie et au terrorisme".

Les autorités somaliennes de transition et des dirigeants de différentes régions du pays ont signé, en septembre dernier, un accord pour la formation d'un nouveau gouvernement d'ici au 20 août. Une nouvelle constitution doit être adoptée et un parlement désigné.

Dans une déclaration rendue publique à l'issue du débat, les 15 pays membres du Conseil ont réaffirmé leur volonté de soutenir la transition politique en Somalie, estimant qu'elle se trouvait "dans une phase critique". Ils ont invité tous les signataires de la Feuille de route à "redoubler d'efforts pour l'appliquer" dans les délais prévus.

avz/sam

PLUS:afp